Publié par Paddythèque

Pour la troisième année consécutive, la galerie Catherine Putman présente, du 20 juin au 19 juillet 2014, les travaux des finalistes du FID Prize 2014 (Prix international du dessin dédié aux jeunes artistes). 

 

Destiné aux jeunes artistes et aux écoles d’art, le FID PRIZE a pour but de promouvoir le dessin contemporain et faire découvrir de jeunes talents.

Sélectionnés par un jury professionnel, parmi plus de 300 candidats venant de 30 pays, Camille Benarab-Lopez, Tsama Do Paço et Kazuki Nakahara sont les finalistes du FID Prize 2014 et exposer ont leurs travaux les plus récents avec Hajime Yamada (mention spéciale du jury). D’horizons et de cultures différentes ces quatre artistes nous feront part de leur pratique singulière du dessin. 

 

Camille Benarab-Lopez est née en en 1989, elle vit et travaille à Paris. Diplômée de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, elle s’intéresse à la lumière, sa perception, sa théorie et sa symbolique. « Mes dessins sont comme des analyses fictives de la lumièr e, entre astronomie imaginaire et des-cription de phénomènes réels ou non avérés. »

Tsama Do Paço est née en 1984, elle vit et travaille à Paris. Diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, ses dessins sont tout d’abord des dessins de plis et un jeu de superposition. Elle pose une feuille de carbone sur un origami et la recouvre d’une photo d’actualité, extraite d’un journal, sur laquelle elle dessine, hachure et grave. « Choisir de graver par la hachure les images de notre monde, c’est vouloir les inscrire dans ma mémoire et par là les transformer. » Le résultat de sa pratique donne une image fragmentée, brouillée « traçant une carte de mémoire. »

Kazuki Nakahara est né en 1980 à Kagawa au Japon. Il vit et travaille à Londres et à Berlin. Diplômé de « The Berlin Weissensee School of Art » Kazuki Nakahara s’intéresse avant tout à la ligne. Son intérêt pour le dessin est né des apprentissages reçus de son père, calligraphe professionnel au Japon. C’est en apprenant les règles strictes de l’écri-ture et de l’expression des différentes formes des caractères japonais qu’il s’est intéressé à la pratique du dessin pour elle même. Il travaille la ligne au crayon de couleurs et essaie de la r épéter, sans cesse, avec la même qualité. Il travaille les formes géométriques simples et s’amuse avec l’agencement des motifs tout en cherchant à exprimer un rythme sur le papier. 

Hajime Yamada est né en 1988 à Nagasaki au Japon. Il vit et travaille au Japon. De façon minutieuse, cet autodida cte trace des lignes régulières sur du papier chiffonné, tâché, parfois même déchiré et nous offre des pages vierges de cahiers ou de papier millimétré. Hajime Yamada nous propose une réflexion sur la « condition zéro » du dessin et définit sa pratique comme « le rien est une action ». 

 

Exposition des finalistes du FID Prize 2014

Du 20 juin au 19 juillet 2014

Du mardi au samedi de 14h à 19h

Venissage le 19 juin de 18h à 21h

 

A la galerie Catherine Putman

40, rue Quincampoix - 75004 Paris - 1er étage

www.catherineputman.com

 

Finalistes du FID Prize 2014 - galerie Catherine Putman

Commenter cet article