Publié par Paddythèque

Depuis 18 ans, la galerie municipale Julio Gonzalez accueille le prix de peinture Antoine Marin, rendez-vous incontournable dans le paysage de l’art contemporain français. Chaque année, douze artistes de renommée nationale ou internationale parrainent douze jeunes plasticiens âgés de moins de 40 ans. A l’issue de la concertation des membres du jury, trois prix sont remis.

 

Cette année, le 1er prix Antoine Marin a été attribué à Damien Cadio, parrainé par Damien Deroubaix et représenté par la galerie Eva Hober. Le 2ème prix a été remis à Juliette Righetti. Oda Jaune et Thomas Lévy-Lasne sont lauréats ex æquo du 3ème prix. La Ville d’Arcueil a par ailleurs décerné un prix spécial à Elsa Guillaume.

Membres du jury : Pat Andrea Daniel Breuiller, Iris Levasseur, Alain Margaron, Gabriela Morawetz et Pancho Quilici.

 

Damien Cadio (né en 1975 à Mont-Saint-Aignan) a étudié aux Beaux-Arts de Rouen puis de Paris. Il collabore sporadiquement, en tant que musicien, à des vidéos d'amis artistes. Il vit depuis 2006 à Berlin. 

Juliette Righetti (née en 1992 à Chartres) est en préparation du DNSEP art / Ecole Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée. Elle a participé à plusieurs expositions : au 59 rue de Rivoli à Paris, au Pavillon M, au Salon d’Automne de Paris et au Salon d’arts plastiques « Arbuste ». Elle a remporté le 2ème prix de peinture sur papier Canson Art School en 2014, a participé à l’Open Aire Museum en 2013 et est lauréate du grand prix Arbuste (pour jeunes talents) en 2012. 

« La technique qui me convient le mieux pour créer est la peinture à l’huile, je procède donc sans modèle. Dans un premier temps parce que je préfère le dessin instinctif et instantané et agencer ma propre photo, et dans un second temps pour inventer une image totalement autonome avec les personnages que je souhaite intégrer, pour un rendu singulier et aussi semblable à toutes choses. J’expérimente de faire naître cette image à mesure qu’elle apparait imprévisible, puis de la forger au niveau du détail avec des points et des lignes, pour qu’elle soit la plus ancrée en apparence dans notre réalité, dans nos vies. Mais je tente d’y intégrer un extraordinaire qui va plutôt venir des couleurs, des formes et des dessins. Dessins et formes qui font partie d’une sorte de rationalisation du religieux, du fantastique, j’essaye de la mettre en oeuvre en attachant une grand importance au traitement des matières pour qu’elles deviennent comme présentes et incarnées ; dans des corps de textures variées (pierre, peau, épidermes, fibres de plantes, résidus rocheux, atmosphères). »

Oda Jaune (née en 1979 à Sofia, Bulgarie) a fait ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, où elle a été l’étudiante du peintre Jörg Immendorff. Elle vit et travaille à Paris depuis 2008. Elle est représentée par la galerie Daniel Templon. Ses tableaux livrent des scènes inquiétantes où se mêlent douceur et violence, témoignage d’une absence totale d’inhibition, et réclament du spectateur le même abandon.

Oda Jaune développe un univers unique, où se croisent dans une atmosphère onirique influences surréalistes, iconographie rétro, réalisme socialiste, réminiscences du cinéma hollywoodien, publicité, internet ou faits divers. Son travail, très personnel et d’une maturité inhabituelle, explore un monde étrange où des individus, objets et formes non identifiées évoluent dans des scènes à la fois poétiques et dérangeantes.

Thomas Lévy-Lasne (né en 1980 à Paris), a étudié aux Beaux-Arts de Paris, puis a travaillé cinq ans pour le critique d’art Hector Obalk, sillonnant tous les musées d’Europe. Il s’installe trois ans en Picardie pour se concentrer sur sa peinture. Il expose ensuite dans de nombreux salons (Montrouge, Jeune Création, Drawing Now…).

Représenté par la galerie Isabelle Gounod à Paris, il y fait une exposition personnelle (2013) ainsi qu’à l’Orangerie du Château de la Louvière de Montluçon (2011) et au centre d’art de Clamart (2014). Il participe également à de nombreuses expositions collectives, dont L’Exil (2011), commissariat Gaël Charbau, Voir en peinture III (2012), commissariat Eric Corne, Le Musée Passager (2014), musée itinérant produit par la région Île-de-France.

Il tient par ailleurs le premier rôle du moyen métrage multi primé (Berlinale, Angers, Brive…) Vilaine fille, mauvais Garçon de Justine Triet en 2011. Thomas Lévy-Lasne travaille actuellement à la production de peintures pour l’adaptation cinématographique du roman de Michel Houellebecq La carte et le territoire, par Philippe Harel.

Elsa Guillaume (née en 1989 à Carpentras) est diplômée des Beaux-Arts de Paris (2013). Actuellement en résidence à l'Institut Culturel Bernard Magrez à Bordeaux, elle sera en résidence à Jingdezhen en Chine à l'automne prochain dans le cadre du post-diplôme/année de recherche “Kaolin” à l'Ensa Limoges. Elle a reçu le prix Icart-Artistik Rezo en 2014, le Prix des amis des Beaux-Arts/Fondation Clermont-Tonnerre en 2013, le prix Marin à la Biennale de Sarcelles en 2011, ainsi que le prix Lacourière (prix de gravure de la BNF) en juin 2014.

« Mon travail débute dans les carnets de voyages, où je note et récolte toutes les petites choses insignifiantes ou volatiles que ma mémoire aurait vite fait d'effacer. C'est ma banque personnelle d'images et d'informations, qui me sert plus tard dans mon travail à l'atelier. Je pratique autant le volume/céramique que le dessin/gravure. Je m'intéresse aux voyages réels ou fictifs. (Tant aux aventures désuètes - depuis Jules Verne aux premières expéditions polaires - que celles que l'on retrouve dans des documentaires actuels (Fonds marins, explorations lunaires). Autre source d'inspiration, non négligeable : la nourriture, les processus et l'esthétique culinaire, choses et actions qui me semblent familières à travers ma pratique de la céramique. Ces deux univers réunis donnent des découpes, des dissections, des partages de morceaux étranges et de possibles lieux à arpenter… »

 

L'exposition est à découvrir jusqu'au 28 juin 2014

Les mercredis et samedis de 14h à 19h

Les jeudis et vendredis de 16h à 19h

Entrée gratuite

 

A la Galerie municipale Julio Gonzalez

21, avenue Paul Doumer

94110 Arcueil

 

[Visuel : Damien Cadio, Botanique de la mort, 2014. Huile sur toile. 190 x 250 cm. Courtesy de l’artiste et Galerie Eva Hober]

Damien Cadio - 1er prix de peinture Antoine Marin 2014

Commenter cet article