Publié par Paddythèque


 - France Culture : Emission « Mat ou brillant » (22h15-23h30)
? :  Par Natacha Wolinski. En 1958 paraît Les Américains de Robert Frank, un road movie photographique qui témoigne d'un regard à la fois documentaire et subjectif sur l'Amérique des années 50. L'ouvrage en dit aussi sur long sur le pays et ses mutations que sur les questionnements existentiels et esthétiques d'un photographe qui se sert de la photo comme d'un journal de bord. Cette interrogation sur ce que la photographie renvoie du monde agitera dès lors toute une génération de photographes, qu'ils se nomment Diane Arbus, Gary Winogrand, Lewis Baltz ou encore William Eggleston.
Dans un livre intitulé La photographie américaine 1958-1981. The last photographic heroes, publié aux éditions du Seuil, Gilles Mora dresse une fresque de cette photographie américaine des sixties et seventies particulièrement effervescente et radicale. 
« Durant cette période, rappelle le photographe Charles Straub, le monde photographique non commercial était une communauté, un groupe de gens qui avaient en commun la volonté d'expérimenter, d'explorer et de questionner ce que l'on pouvait exprimer avec un appareil photographique ». C'est cette communauté que Gilles Mora, spécialiste de la photographie américaine fait revivre dans un long entretien enrichi de documents d'archives.
Réalisation : Angélique Tibau.


Commenter cet article