Publié par Paddythèque

 

Coordonnées de la galerie 

53, bld. Beaumarchais — 75003 Paris [plan] 

M° Chemin vert 


Tel. : 01 42 78 24 26
 

Mail : contact@numeriscausa.com 

Site Internet 


Horaires : Mardi-Samedi : 14h-19h.
 


À proximité : galeries Chez Valentin et De multiples.


________________________________________________________
 

Présentation 


Directrice : Stéphane Maguet

Historique de la galerie :
> 2007 : Inauguration au
53 bld. Beaumarchais - 75003 Paris

Présentation : numeriscausa est une galerie d'art contemporain tournée vers les arts numériques. Ce projet est né il y a trois ans de la conviction que les arts numériques, jusqu'alors balbutiants et souvent tentés par la fascination de l'avant-garde ou de la technologie, devaient se confronter de manière significative à l'art contemporain ; tant du point de vue de la critique que des publics, des institutions que des collectionneurs et du marché. L'enjeu de cette confrontation était double : élargir la diffusion des oeuvres et convaincre que les arts dits numériques parvenaient à une certaine maturité.


________________________________________________________
 

Artistes 


Samuel BIANCHINI, Grégory CHATONSKY, Miguel CHEVALIER, Gilles CONAN, Edmond COUCHOT et Michel BRET, Pascal DOMBIS, Reynald DROUHIN, Eduardo KAC, Mathieu KAVYRCHINE, Julien LANGENDORFF, Thomas LANNES, Christophe LUXEREAU, Collectif Music2Eye, Bernard MICHEL, Fred NAUCZYCIEL, Joseph NECHVATAL, Antoine SCHMITT et Du ZHENJUN
. 


________________________________________________________

Expositions 

2008 

— Du 21/03 au 30/04 : Christophe LUXEREAU « Triptyques ». 

— Du 10/01 au 01/03 : Grégory CHATONSKY « L'invention de la destruction ».


2007

— Du 30/11 au 22/12 : « Il était une fois » :
Samuel BIANCHINI, Grégory CHATONSKY, Miguel CHEVALIER, Reynald DROUHIN, Arik LEVY, Christophe LUXEREAU et Antoine SCHMITT.

— Du 30/11 au 22/12 : « Il était une fois » :
Samuel BIANCHINI, Grégory CHATONSKY, Miguel CHEVALIER, Reynald DROUHIN, Arik LEVY, Christophe LUXEREAU et Antoine SCHMITT.

Commenter cet article