Publié par Paddythèque

Chaque année, à la fin du printemps, Artsénat offre une 'carte blanche' à une personnalité de la culture afin de présenter un parcours original privilégiant les courants les plus variés de la création contemporaine. Pour sa neuvième édition, Artsénat fait appel à Chantal Mennesson qui propose à 40 artistes de s’exprimer autour du thème : « Du vent dans les branches ».



Le titre de la manifestation - « Du vent dans les branches » - est à considérer au sens propre comme au sens figuré car il exprime toute la liberté inhérente à l’art actuel qui mêle les supports et les techniques tout en repoussant les limites entre abstraction et figuration.

Chantal Mennesson (Présidente de la Biennale d’Issy) propose une exposition conçue en quatre parties :
> l'espace d'exposition dans l'orangerie,
> les sculptures dans le jardin,
> la mise en valeur des statues des reines de France autour du grand bassin,
> et les installations d’une dizaine d’artistes plasticiens qui feront l’événement dans l’allée Delacroix reliant l’orangerie au Sénat.


Dans l'orangerie du Sénat, peintres et sculpteurs seront rassemblés autour d’un invité d’honneur : Robert Combas, chef de file de la Figuration libre. Né à l’aube des années Quatre-vingt, ce mouvement remit formidablement sur le devant de la scène le sujet et la forme dans une explosion de la couleur. Jusqu’alors dénigrées au profit du concept, peinture, figure et liberté reprenaient leurs droits.


Les sculptures monumentales, installées tout l'été dans le jardin du Luxembourg, font écho à celles exposées dans l'orangerie. Tandis que la fontaine Médicis sert à nouveau d'écrin à une création originale, les pelouses, les arbres et les allées du jardin, offrent un territoire idéal aux sculpteurs qui présentent leurs œuvres en plein air, confrontant à la nature même leur interprétation ou leur vision critique des relations qu’entretient l’homme avec la nature.


Initié l’an dernier, le parcours autour des statues des reines de France est mis en valeur par neuf statues de bronze du sculpteur Guy Ferrer. S’interposant entre les reines, cette suite monumentale de neuf personnages forme un mot entier lorsqu’on prend du recul : t.o.l.e.r.a.n.c.e. Cette œuvre en appelle à une certaine urgence en matière de politique et de morale publique dans une époque en perte de repères. Tolérance contre toutes les formes de terreur, pour le pluralisme et le droit à la différence.

Dans l’allée Delacroix, à l’ombre des marronniers majestueux, des artistes plasticiens font l’évènement en présentant des installations qui “décoiffent” : forêt de plastique vert, bosquet d’arbres de vie en résine colorée, bûcher d’allumettes géantes, arbres à prières tibétains en toile de spi, dolmens de verre coulé ou encore cet alignement de barques fracassées par la tempête.

Enfin, comme tous les ans, sous une tente installée spécialement dans le jardin du Luxembourg, des ateliers d’arts plastiques permettent aux enfants de s’exprimer et de créer librement autour du thème de l’exposition
« Du vent dans les branches » avec la complicité des artistes exposant à Artsénat.


Informations pratiques

> Orangerie du Sénat
Du 17 mai au 15 juin 2008
Entrée libre, tous les jours de 11h à 19h
19bis, rue de Vaugirard 75006 Paris

> Jardin du Luxembourg 
Du 17 mai au 21 septembre 2008
Tous les jours du lever au coucher du soleil
19bis, rue de Vaugirard 75006 Paris


Site Internet

Commenter cet article