Publié par Paddythèque


- ENSAD (amphi Rodin) : Rencontre avec Pierre Alféri (18h30-)
? : Pierre Alféri est cinéaste, écrivain, philosophe (…). Il présentera à l'Ensad deux films courts et une pièce sonore..
31, rue d'Ulm - 75005 Paris -
site - fiche

- Galerie La Bank : Expo « Sécurité Minimu » (18h-21h)
? : Avec Taysir BATNIJI, Jota CATRO et Estefania PENAFIEL-LOAIZA. Faisant suite au projet démarré en 2006 avec le Black Panther Party, La B.A.N.K présente Sécurité Minimum, une exposition de groupe articulée cette fois-ci autour du témoignage comme autodéfense.
Dates expos : du 6 mars au 26 avril 2008
42, rue Volta - 75003 Paris - site - fiche

-
Galerie Patricia Dorfmann : Expo de Marcus TOMLINSON
« Form » (18h-21h)
? : Les nouvelles photographies de Marcus Tomlinson présentées dans le cadre de sa deuxième exposition personnelle à la galerie Patricia Dorfmann renoncent au mimétisme photographique pour contourner leur objet, tourner autour sans le délimiter. Elles rappellent le photogrammes du film de Man Ray Le retour à la raison(1923) où les ombres projetées sur le buste de Kiki bouleversent l’équilibre naturel des formes du corps pour en proposer un autre, insolite, qui déstabilise le regard, court-circuite son attente. Marcus Tomlinson privilégie le fragment,c’est-à-dire la métonymie figure rhétorique par excellence de l’érotismePhotographe pour des magazines de mode anglais The Face, Arena, Arena Homme Plus, Vogue, I-D), Marcus Tomlinson réalise des images pour des créateurs comme Koji Tatsuno ou Christian Lacroix. Avec le styliste Philippe Tracy, il conçoit les célèbres albums de la revue Visionnaire, qui le conduisent à travailler avec Hussein Chalayan. Ses photographies ont été exposées notamment à la Tate Modern, au Barbican Center de Londres, au Bénaki Museum à Athènes, au Musée Galliera à Paris.
Dates expos : du 6 mars au 12 avril 2008
61, rue de la Verrerie - 75004 Paris - site - fiche

- Goethe Institut : Expo « Faire place aux souvenirs » (19h-)
? : En présence d'Alfred Grosser (Paris) et d'Angelika Trilling (Kassel).
Cette exposition, à l’initiative du Réseau Européen de Réminiscence créé à Londres par Pam Schweitzer, est aussi le résultat d’une aventure européenne. Grâce au financement de la Commission européenne et de la Fondation Robert Bosch, des personnes âgées ont commencé, à l’hiver 2004, dans sept pays européens, à rassembler leurs souvenirs dans des boîtes. Ils ont choisi des photos et des objets ayant marqué leur vie d’une façon ou d’une autre, et, conseillés par des artistes locaux, les ont disposés dans des caisses de munitions détournées de leur fonction première et arrangées à cet effet. Objets en tout genre, photos, textes sont un support privilégié car ils sont chargés d’histoire(s), porteurs d’identité et multisensoriels. L’afflux des souvenirs qu’ils provoquent peut apporter beaucoup de plaisir, susciter des échanges, favoriser une transmission. L’exposition a tourné deux ans et demi à travers l’Europe avant d’être présentée en programme annexe à la documenta 12 de Kassel (juin-septembre 2007).
Le Goethe-Institut de Paris expose 40 des 70 boîtes ainsi réalisées
Dates expo : du 7 au 28 mars 2008
17, avenue d'Iena  - 75016 Paris -
site - fiche


- Palais de Tokyo (module hors les murs) : Expo de Mark GEFFRIAUD « Polka Dot » (20h-minuit)
? : À partir de la première image du soleil jamais prise (en 1845 par Louis Fizeau et Léon Foucault), pur cercle blanc sur fond noir, l’artiste Mark Geffriaud propose aux visiteurs du module hors-les-murs une expérience sensorielle et géométrique unique. Un faisceau lumineux – à la fois point focal et seule source de lumière de la pièce – projette ce motif circulaire dans toute la pièce et s’attarde sur un livre afin de faire apparaître au regard des constellations cachées. Miroirs, images d’archives, pages de magazine se mêlent par ailleurs afin de fournir un véritable répertoire d’images autour d’une analogie formelle.
Au sein d’une œuvre éclectique et singulière, on peut souligner l’intérêt de Mark Geffriaud pour les monuments consacrés à des non-événements. La question de la disparition et du manque se pose régulièrement dans son travail, qui joue de manière répétée avec des éléments clés, comme le livre ou la lumière – ainsi que sur leur absence. Associations libres, rapprochements formels et fausses fictions permettent à l’artiste de faire partager une certaine perception du monde, subtile et décalée.
Cette exposition de Mark Geffriaud s’inscrit dans le cadre de son projet commencé en 2006 "Les Renseignements généraux", dont le but ultime est pour l’artiste de fournir « à la fois la matière brute et les illustrations potentielles du livre que je rêve de lire un jour si quelqu’un voulait bien l’écrire à ma place ».

Dates expo : du 7 au 30 mars 2008
4, rue de la Manutention - 75016 Paris - site - fiche

Commenter cet article