Publié par Paddythèque

Du 28 février au 2 mars 2008, Art Karlsruhe fête son cinquième anniversaire. A l'occasion de ce jubilé, la foire réunit 165 galeries internationales d'art moderne/contemporain de 13 pays et espère encore relever le niveau de qualité.



Suite au succès de la 4ème édition de Art Karlsruhe (mars 2007) - qui avait rassemblé 35 000 visiteurs -, le conservateur Ewald Karl Schrade et le comité organisateur (les galeristes Angelika Harthan, Dorothea van der Koelen, Wolfgang Henze et Werner Tammen ainsi que la critique d'art Dorothee Baer-Bogenschütz) admettent 44 nouveaux exposants, dont plusieurs grands noms : Alfred Gunzenhauser (Munich), Gabriele von Loeper (Hambourg), Salis et Vertes (St. Moritz) et Manus Presse (Stuttgart)...

Trois exposants parisiens participent à la foire : Arnoux, galerie du Fleuve et GNG.

 

Les caractéristiques de la foire

1) Dix-huit emplacements réservés aux sculptures et de multiples One-Artist-Shows offrent un aperçu des courants artistiques des cent dernières années.

2) Une exposition spéciale présente les projets artistiques ambitieux de l'Emirat Sharjah au Golf persique dont le nouveau Art Museum et la Biennale Sharjah.

3) Organisé par le journaliste culturel Manfred Eichel, le Prix Hans-Platschek de l'art et de l'écriture est attribué pour la première fois. Il récompense des doubles talents dans les genres arts plastiques et littérature/journalisme artistique.

Dotée de 5'000 euros, cette distinction permet également au lauréat de montrer ses œuvres peintes et écrites en plein cœur du salon. 

4) Au« Art Meeting», des experts des milieux artistiques se penchent, durant deux jours (les 28 et 29 février 2008 à 14 heures dans la dm-arena),  sur deux questions qui touchent et influencent le marché et le milieu artistique : la situation de la critique d’art et l’état actuel des écoles supérieures artistiques.

> Dorothee Baer-Bogenschütz, Anke Doberauer, Daniel Birnbaum et Wolfgang Ullrich examineront, le premier jour, la situation dans les écoles supérieures artistiques. Quel avenir pour elles ? Où en est l’équipement ? Comment s’organise l’enseignement pour former des individus autonomes qui ne font pas que loucher sur le marché et ses ventes lucratives mais sont également capables d’accomplir une évolution constante pour bâtir leur propre position ? Le savoir-faire artisanal traditionnel joue-t-il à nouveau un rôle ? Comment s’apprend-t-il ? Ou l’académie n’est-elle qu’un lieu de liberté non spécifique ? Constitue-t-elle encore le cœur d’un dialogue pragmatique entre les étudiants ? Et comment se placent les instituts comparés à leurs homologues internationaux ?

> La critique Dorothee Baer-Bogenschütz, l’auteur indépendant Klaus Honnef, Hans-Joachim Müller et Susanne Schreiber débattent du statut de la critique indépendante. Une matière hautement explosive si l’on songe par exemple que très peu d’auteurs sont en mesure de vivre uniquement de leur travail. En tant qu’« indépendant », il faut s’engager dans tous les horizons. Que l’on exerce à côté l’activité de commissaire d’expositions, que l’on écrive des communiqués de presse pour des entreprises ou que l’on rédige des expertises : partout, on court le risque de devenir dépendant du client. L’expression de la libre opinion est-elle possible dans ces conditions ? L’auteur pratique-t-il l’autocensure et pourquoi ?


Commenter cet article