Publié par Paddythèque


>
Salon du dessin contemporain (vernissage)


- Bétonsalon : Performance de Dominique GALLOT, 48°4" N, 2°23 "E (20h)
? : Une performance ambitieuse aux coordonnées géographiquement exactes. Rigueur et constance. Poésie prime. Immersion, pragmatisme et corrélations. Peut-être des tubes de salles de bain. De la pensée positive ou presque. Des schémas compliqués. Une présentation irréprochable. Barthes, Deleuze et Foucault. De la physicalité, quand même. Une nouvelle sonnerie pour ton téléphone portable. Quelques propositions de situations. Hémisphères gauche et droit du cerveau fonctionnant main dans la main (sic). Des accessoires essentiels. Une déambulation passionnante dans un espace à priori clos. Taux d’hygrométrie garanti constant. Un coq à l’âne débridé et mentalement itinérant. Des objets d’art contemporain contondants. Du désoeuvrement actif. De beaux habits. Du ciment passionnel. Des jeunes gens modernes. Un triptyque émotionnel livré monobloc. Sarah Tritz. Des moments décisifs comme la fois où, un matin, je m’étais coupé à l’index de façon bénigne, et je m’étais évanouie, et en m’évanouissant j’étais tombée la tête contre le radiateur de la salle de bain, chez mes parents, choc qui n’avait pas épargné mon crâne, pourtant protégé par une masse conséquente de cheveux, et qui avait résulté en une suture en trois points, réalisé à vif par le médecin familial, le Docteur Diers. Des digressions passionnantes et fort utiles. Un rubikscube. Une échelle. Des mantras improvisés. Dominique Gilliot.
47-51, quais Panhard et Levassor - 75013 Paris

- Fondation Henri Cartier-Bresson : Conférence « La collection photographique de l'Albertina » (18h30-20h)
? : Avec Monika FABER, conservatrice en chef de la collection photographique de l'Albertina, Vienne.
2, impasse Lebouis - 75014 Paris

- Maison populaire : Séance de projection de films de l’artiste et cinéaste américain Morgan Fisher 20h30)
? : Morgan Fisher a débuté sa carrière à la fin des années soixante en tant que monteur de cinéma sur différentes productions hollywoodiennes. Au même moment, il commence à développer une œuvre personnelle protéiforme, à la frontière entre cinéma expérimental, industrie du film et art contemporain. Depuis son premier film The Director and His Actor Look at Footage Showing Preparations for an Unmade Film (2) (1968), Fisher interroge avec humour et candeur les mécanismes du cinéma : «une chose que mes films ont tendance à faire est d’examiner une propriété ou une qualité du film de manière radicale. Etre radical est une forme modeste d’être extrême. » Son film le plus célèbre, Standard Gauge (1984), rassemble des rushes de films collectés alors qu’il travaillait dans l’industrie de cinéma et propose un récit autobiographique de ces expériences cinématographiques, tandis que Projection Instructions (1976) a été conçu comme une partition destinée à être jouée par le projectionniste chaque fois que le film est présenté.
Cette séance est le premier événement en France consacré aux films de Morgan Fisher. Elle sera introduite par Christophe Gallois, commissaire du cycle d’expositions Neutre intense.

9bis, rue Dombasle - 93100 Montreuil - site

- Palais de Tokyo : Perf. de Vaginal Cream Davis, Porno Adorno, F*ck Like the F*cking Blacks (19h30)
? : Une performance low-budget, parodique et révoltée de Vaginal Cream Davis, auto-proclamée « répulsif sexuel » Avec la complicité de Marie-Hélène Bourcier et de l'EHESS.
13, avenue du Président Wilson - 75016 Paris - site - fiche

Commenter cet article