Publié par Paddythèque


-
Jeu de Paume (Concorde) : Expo de photos de Richard AVEDON (18h)
? : Photos de Richard AVEDON, prises entre 1946 et 2004.
"Un portrait n'est pas une ressemblance. Dès lors qu'une émotion ou qu'un fait est traduit en photo, il cesse d'être un fait pour devenir une opinion. L'inexactitude n'existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d'elles n'est la vérité". (Richard Avedon)
L'exposition "Richard Avedon. Photographies 1946 - 2004" est la première grande rétrospective qui lui soit dédiée en France.Après le Louisiana Museum, du 24 août 2007 au 13 janvier 2008, et Forma, à Milan, du 14 février au 8 juin 2008, cette rétrospective, complétée, occupera, durant tout l'été, l'ensemble des espaces du Jeu de Paume - Concorde. L'exposition regroupe 270 œuvres retraçant l'ensemble de la carrière de Richard Avedon de 1946 à 2004 : des photographies de mode bien sûr, mais surtout des portraits de nombreuses célébrités du monde de la politique, de la littérature, de l'art et du spectacle. À Paris, à l'initiative de Marta Gili, directrice du Jeu de Paume, cette sélection est enrichie d'une quarantaine de tirages grand format de la série In the American West, réalisée par Avedon de 1979 à 1984.
> + Expo de Virginie YASSEF
Virginie YASSEF crée des vidéos, des photographies et des sculptures qui semblent puiser leur source dans le monde de l’enfance. Sous le regard de l’artiste, les gestes du quotidien, des situations simples prennent une dimension nouvelle. Sollicitant régulièrement la participation du visiteur dans ses installations, Virgine Yassef interroge, pour son projet au Jeu de Paume, le rôle du corps dans l'espace d'exposition. Avec d'autres créateurs (artistes, compositeurs…), elle expérimente une collaboration scénographique.
Installé dans l’espace du foyer, un éléphant constitue le cœur du dispositif. Conçue spécifiquement pour l’exposition, cette œuvre explore les liens ambigus entre sculpture et architecture, art majeur et art populaire. Cette structure, qui semble issue d’un décor de théâtre, évoque la figure emblématique du cheval de Troie. Des sons, qui s’échappent des entrailles de l’animal, suggèrent la présence d’un possible atelier clandestin. L’œuvre est mise en scène au sein d’une plus large installation constituée de chaises reproduisant la "Crate chair" que Gerrit Rietveld — designer, architecte et ébéniste néerlandais — dessina en 1934. Ce modèle représente un archétype de l'assise : il est conçu pour être réalisé de façon extrêmement simple avec des matériaux sommaires, des planches issues de palettes en bois. Le dialogue s'instaure ici encore entre la logique de production de masse et la création artistique. Pensée à la fois comme un travail autonome mais aussi comme un lieu à habiter, cette installation devrait accueillir ponctuellement des performances.
Dans l’espace de la mezzanine, l’artiste réinterprète, l’œuvre intitulée Alloy. Dans ce film, un enfant manipule des éléments aimantés et les assemble de façon aléatoire, créant ainsi des édifices à l’équilibre précaire. Faisant écho à cette vidéo, un des éléments de cet étrange jeu de construction fait éruption, à l’image d’un cerveau hypertrophié, dans l’espace de l’exposition. Dans un univers proche de celui de la science-fiction, Virginie Yassef crée une narration onirique qui s’ancre dans un réel lointain.
Dates expo : du 1er juillet au 28 septembre 2008
1, place de la Concorde - 75008 Paris -
site - fiche


Commenter cet article