Publié par Paddythèque


- Bétonsalon : Recontre avec Hans Ulrich Obrist
> 19h-: COCKTAIL offert par le festival My Paris (+ d'informations), organisé par Tribeca75
> 21h30 : A BRAIN FEEDING A BRAIN, présentation des expositions d’Hans Ulrich Obrist par Isabelle Le Normand et Florence Ostende.
Laboratorium, Do It, Cities on the Move... nombreux sont les projets et expositions d’Obrist qui ont influencé l’exposition Argument de la Diagonale. Cette conférence reviendra sur les expositions d’Hans Ulrich Obrist mais également sur le parcours et l’histoire du commissaire, ses influences et tout particulièrement sa méthodologie curatoriale.
« Alors que l’économie du monde de l’art explose, l’idéalisme d’Obrist peut apparaître comme une tentative donquichottesque de modifier la course du géant. Les préfaces d’Obrist – qui sont en fait des séries de minimanifestes imbriqués – résonnent des tentatives passées pour perturber la suffisance du monde de l’art par des retours agit-prop à Dorner ou autres héros de l’instable et de l’inattendu. « Mobile », « inévitablement incomplet », « dynamique », de ses objectifs habituels ressort une vive exigence de radicalisation, au moment même où le système de l’art subit une puissante évolution dans le sens inverse. Son rôle à la fois de critique et d’acteur dans le meilleur des mon des de l’art est un numéro de corde raide, plein de suspense et de ravissement. Hans Ulrich Obrist, finalement, crée des communautés. Il lie et entrecroise les esprits : chaque exposition, chaque conversation se double d’une spirale de références à d’autres générations et champs de réflexion, à d’autres beautés, compétences, sensibilités et parentés. » Rem Koolhaas
> 23h : BRAINSTORMING NOCTURNE EN PRÉSENCE  D’HANS ULRICH OBRIST
L’occasion unique de rencontrer Hans Ulrich Obrist qui viendra parler de sa pratique de commissaire et de ses expositions, entre autres Laboratorium et Cities on the Move, deux expositions qui ont expérimenté de nouvelles modalités curatoriales dans les années 1990. En partenariat avec les laboratoires scientifiques d’Anvers, l’exposition Laboratorium (1999) explorait le rôle de l’expérimentation, tant d’un point de vue artistique que scientifique. Il s’agissait notamment d’établir des comparaisons entre l’atelier d’artiste et le laboratoire scientifique. Les commissaires Hans Ulrich Obrist et Barbara Vanderlinden ont fait de cette exposition une structure flexible rendant visibles les processus et les évolutions du projet. Autre terrain d’expérimentation, l’exposi tion Cities on the move (1997) a permis à Hans Ulrich Obrist et Hou Hanru de développer le concept d’evolutional display ce qui signifie quel’accrochage de l’exposition et le choix des artistes évoluent à chaque itinérance : chaque nouvelle version de Cities on the Move est un prototype qui se transforme à l’image de la mutation à grande vitesse des villes asiatiques. Influencé par la pensée d’Alexander Dorner et sa conception du musée comme centre dynamique au sein d’un monde dynamique, Hans Ulrich Obrist considère le musée comme un laboratoire où l’on expérimente doutes, incertitudes et vérités relatives.
Hans Ulrich Obrist né à Zurich en 1968, vit et travaille à Londres. Il fonde en 1993 le musée Robert Walser et dirige le programme migrateur au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris où il est commissaire pour l’art contemporain jusqu’en 2005. Il est depuis 2006 co-directeur des programmes et directeur des projets internationaux à la Serpentine Gallery de Londres. Il a organisé plus de 150 expositions internationales depuis 1991 parmi lesquelles Do It ; Take Me I’m Yours ; Cities on the Move ; Live/Life ; Nuit blanche ; la 1e biennale de Berlin ; Mutations, Utopia Station et, plus récemment, Uncertain States of America et la deuxième Triennale de Ghangzhou en Chine. En 2007, il co-organisé la septième Biennale de Lyon et dirigé avec Philippe Parreno, Il Tempo del Postino (Le Facteur Temps) pour le festival international de Manchester. Son projet Conversations a été distingué par le Van Alen Institute qui lui a décerné le New York Prize Senior Fellowship pour 2007-2008.
À l’occasion de l’exposition Traces du Sacré, Hans Ulrich Obrist donnera une conférence au Centre Pompidou le même jour, samedi 5 juillet à 19h30 : une carte blanche pour lier, dénouer, retrouver ou encore perturber les ordonnancements établis ou insoupçonnés entre l'art et le sacré.
47-51, quais Panhard et Levassor - 75013 Paris - site - fiche

- Galerie Thibault et Martine de la Châtre : Expo de Adeline ANDRE (16h-)
Dates expos : du 5 au 26 juillet 2008
4, rue de Saintonge - 75003 Paris - site - fiche

- Galerie Frédéric Giroux : Expo « Summer Show - Noir et Blanc »
Artistes : Barbara ESS, Skip ARNOLD, Angelika MARKUL, Michel PAYSANT, Vincent BEAURIN, Pascal BROCCOLICHI et  Pat STEIR.
Dates expos : du 5 au 26 juillet 2008
8, rue Charlot - 75003 Paris - site - fiche

- Galerie Isabelle Gounod : Lecture de Jérémy LIRON (18h-)
13, rue Chapon - 75003 Paris- site

- Galerie Polaris : Expo « L'Expérience Utile »
Dates expos : du 5 au 26 juillet 2008
15, rue des Arquebusiers - 75003 Paris -
site - fiche

-
Le Plateau : Table-ronde « L'argent disparaît-il dans l'immatériel des réseaux ? » (16h)
? : A l'invitation de Poptronics.fr, les artistes Pierre Giner et Martin Le Chevallier donnent leurs avis.
Angle de la rue des Alouettes et de la rue Carducci - 75019 Paris - site - fiche


Commenter cet article