Publié par Paddythèque


-
Jardin Emile Galllé (11ème arr.) : Concert d'Antibalas Afrobeat Orchestra (19h - gratuit)
? :  « La musique est l’arme de l’avenir » aimait à dire Fela Kuti. Ces dignes héritiers du légendaire créateur de l’afrobeat, souvent accompagnés par ses fils Femi et Seun, se sont regroupés à Bushwick, quartier encore préservé de Brooklyn (entendre « pas encore à la mode »), autour du saxophoniste Martin Perna, sur le modèle d’Africa 70. La musique d’Antibalas Afrobeat Orchestra traduit toute la conviction politique d’une vie possible ensemble. Le mélange des éléments purement nigériens et des musiques noires américaines fait tomber par ses vigoureux unissons de cuivres les murs des quartiers de chaque côté de l’Atlantique. Et danser. La composante hispanique du nom (« pare-balles ») en rajoute à l’énergie de la contestation. Ouvertement anti-Bush, les Antibalas sortent leur troisième album en 2004 : « Who Is This America ? », question à laquelle ils apportent leur réponse humaniste et festive. L’Amérique, c’est eux, de Brooklyn, USA.

- Chez Pierre Henry (12ème arr.) : Concert de Pierre HENRY (16h30 et 18h30 - 15/12€)
? : Dans le temps, les maisons magiques nichaient au milieu de forêts enchantées. Celle de Pierre Henry croule incongrue sous une simple vigne vierge au milieu d’une longue suite de façades modernes. Dès la cour de ce qu’il convient d’appeler une « petite maison », la grille (qui grince ?) refermée derrière vous, le voyage commence… La troublante demeure de Céline et Julie vont en bateau a visiblement quitté son jardin pour trôner sur une cour tapissée de tableaux-sculptures. Vous croyez venir pour écouter de la musique ? Certes, certes (rire sardonique).
Cette « Heure avec Pierre Henry » s’inscrit à la suite d’autres séances organisées ces douze dernières années, successivement intitulées Intérieur/Extérieur, Dracula et Voyage initiatique. Attention ! Tous ces titres sont des indices. Au programme cette année, Miroirs du temps suivi d’une anthologie changeante de petites formes existantes ou réduites pour l’occasion – autrement dit, un festival d’un genre nouveau composé de 22 programmes différents, 22 versions toutes originales d’une composition pour maison, création in situ, installation sonore en direct. Du sous-sol jusqu’au dernier étage – les ancêtres collés aux marches ouvrent le chemin du paradis –, la maison résonne sous les doigts d’un sorcier malicieux qui a accumulé des centaines de détails visuels, sans un seul espace vide. Et le compositeur-interprète à la console module et spatialise sa création, tissant un lien onirique entre le son, le lieu, votre écoute et votre imaginaire. Le changement d’échelle par rapport au concert géant de la Défense l’an dernier n’est qu’apparent. Diffusée dans ce dédale de niches et recoins, la musique prend toute son ampleur cosmique, brouillards d’étoiles fi lantes, messages d’univers lointains ou myriades de neurones à l’œuvre dans la tête du compositeur. Entre le lapin d’Alice et le voyage initiatique, il n’y a finalement qu’un battement de cils (sonorisé).

L’adresse vous sera communiquée lors de l’achat du billet.
Réservation : du mercredi au samedi de 15h à 19h à la boutique du festival Paris Quartier d'Eté, place Colette (1er) M° Palais Royal. Renseignements au 01 44 94 98 00.

- Théâtre Pixel (18ème arr.) : Soirée « Vengeance » (21h - 1€)
? : Dans le cadre du festival
« Au Pixel » (du 1er au 10 août), spectacle de théâtre composé de « Le Baiser dans la Nuit » et « La Loterie de la Mort ou Sept Crimes dans un Fauteuil ». Auteur: Maurice Level / Eddy Ghilain et Pierre Larroque. Mise en scène : Jonathan Hume et Jean-Patrick Vieu. Effets Spéciaux de David Scherer. Musique Original de Boon. Avec : Thomas Bousquet, Kristina Chaumont, Elise Chieze, Thomas Hoff, Jonathan Hume, Nicolas Sorhaitz et Jean-Patrick Vieu.
Le Baiser dans la Nuit : A la suite d’une séparation douloureuse, Jeanne vitriole son amant, Henri. Défiguré, ce dernier décide toutefois, contre l’avis de tous, de ne pas témoigner contre elle au tribunal. L’acquittement prononcé, Henri demande à la voir une dernière fois…
La Loterie de la Mort : Interné à l’asile St Egève durant cinq ans, un certain Clément Noirmoutier s’échappe accompagné de Léon, un simple d’esprit. Nouveau propriétaire d’un salon de coiffure, il organise une grande tombola à l’occasion du 14 juillet. Mais les gagnants ont-ils vraiment été tirés au sort ?
18, rue Championnet - 75018 Paris - site

Commenter cet article