Publié par Paddythèque


- Chez Pierre Henry (12ème arr.) : Concert de Pierre HENRY (16h30 et 18h30 - 15/12€)
? : Dans le temps, les maisons magiques nichaient au milieu de forêts enchantées. Celle de Pierre Henry croule incongrue sous une simple vigne vierge au milieu d’une longue suite de façades modernes. Dès la cour de ce qu’il convient d’appeler une « petite maison », la grille (qui grince ?) refermée derrière vous, le voyage commence… La troublante demeure de Céline et Julie vont en bateau a visiblement quitté son jardin pour trôner sur une cour tapissée de tableaux-sculptures. Vous croyez venir pour écouter de la musique ? Certes, certes (rire sardonique).
Cette « Heure avec Pierre Henry » s’inscrit à la suite d’autres séances organisées ces douze dernières années, successivement intitulées Intérieur/Extérieur, Dracula et Voyage initiatique. Attention ! Tous ces titres sont des indices. Au programme cette année, Miroirs du temps suivi d’une anthologie changeante de petites formes existantes ou réduites pour l’occasion – autrement dit, un festival d’un genre nouveau composé de 22 programmes différents, 22 versions toutes originales d’une composition pour maison, création in situ, installation sonore en direct. Du sous-sol jusqu’au dernier étage – les ancêtres collés aux marches ouvrent le chemin du paradis –, la maison résonne sous les doigts d’un sorcier malicieux qui a accumulé des centaines de détails visuels, sans un seul espace vide. Et le compositeur-interprète à la console module et spatialise sa création, tissant un lien onirique entre le son, le lieu, votre écoute et votre imaginaire. Le changement d’échelle par rapport au concert géant de la Défense l’an dernier n’est qu’apparent. Diffusée dans ce dédale de niches et recoins, la musique prend toute son ampleur cosmique, brouillards d’étoiles fi lantes, messages d’univers lointains ou myriades de neurones à l’œuvre dans la tête du compositeur. Entre le lapin d’Alice et le voyage initiatique, il n’y a finalement qu’un battement de cils (sonorisé).

L’adresse vous sera communiquée lors de l’achat du billet.
Réservation : du mercredi au samedi de 15h à 19h à la boutique du festival Paris Quartier d'Eté, place Colette (1er) M° Palais Royal. Renseignements au 01 44 94 98 00.

- Palais Royal : Spectacle de danse de Faustin Linyekula (22h - 15/12 €)
? : Aux Tuileries, il y a deux ans, Le Festival des mensonges des mêmes Studios Kabako offrait une veillée conviviale, cabaret critique et politique à plus d’un niveau : des textes sur la vie à Kinshasa rythmaient la danse, la musique d’un groupe de ndombolo et, en bande-son, les menteries systématiques des dirigeants successifs du Congo. Cette année, Faustin revient avec une autre histoire, qui dépasse encore davantage le cadre du spectacle, pour toucher au rituel. Il était une fois trois amis à Kisangani, qui, faute de maillot pour jouer au foot, s’en dessinaient sur le dos à la craie, mais une chose était sûre : ils révolutionneraient la littérature et le théâtre africains. Il y a treize ans, celui qui a donné son nom à l’aventure de Faustin Linyekula est mort de la peste près de la frontière ougandaise. Un autre croupit en prison, condamné à mort pour des raisons politiques. Si le troisième revient au pays, après avoir visité le vaste monde, c’est pour y construire quelque chose qui dure, pour évacuer les mauvais départs et « le champ de ruines qu’on a dans la tête ». Mais il faudra traverser le deuil des devenirs rêvés, seul accès au présent et donc à l’avenir, et pour cela le troisième se fait ici conteur. Entre autobiographie et autofi ction, la cérémonie exorcise l’histoire, la grande et la petite, tandis que l’ami en prison épelle de loin ce qu’il reste de poésie. Et il y a Dinozord de son vrai nom, tout jeune hip-hoppeur embarqué pour un voyage initiatique. On touche à la transmission. Une fois qu’il aura tourné cette page, Faustin pourra peut-être cesser d’invoquer l’histoire de son pays, mais il continuera à ouvrir toutes les fenêtres possibles. Dans cette forme hybride qui renoue aussi avec les puissances spirituelles de la création, Kabako, mort loin des siens, sera enfin enterré pour danser avec ses amis leur vie retrouvée et l’avenir d’un pays décidé à se reconstruire.Palais Royal - Cours d'Orléans  - 75001 Paris

- Parc de Belleville (20me arr.) : Spectacle de Lo Còr de la Plana (19h)
? : Un chœur d’hommes du quartier de la Plaine à Marseille, a décidé d’en fi nir avec le chant « traditionnel », la tradition provençale étant une invention du XIXe siècle – et qui dit tradition dit exclusion. Bref, dans sa re-création d’un patrimoine populaire occitan, le groupe se réfère aussi bien au techno-groove local et à Massilia Sound System qu’aux musiques d’Oran, Barcelone ou Naples. En guise de percussions, les pieds et les mains. Et leurs textes a capella moquent tranquillement les puissants, les riches et les privilégiés. Pas besoin de comprendre les paroles pour savoir que ces chants servent à affi rmer le droit à l’existence d’une langue. Et d’une culture. Avec son allure vive, intense, rythmée, le chant transmet alors une énergie primitive, à marteler la terre des talons pour en extraire de la force.

Commenter cet article