Publié par Jean-david Boussemaer

A partir du film « Lindström – le diable de la ligne et de la couleur », 2004, 57’, vidéo, vostf – projeté le 10 mai au Centre Culturel Suédois, en présence des réalisateurs Dan Janzon et Hans Östbom.
 

Né en 1925 à Härnösand - un petit village de deux cents habitants du nord de la Suède - Bengt Lindström s’adonne au dessin dès l’âge de 14 ans. Véritablement passionné, il abandonne ses études de mathématiques et de sciences (son père le voulait médecin) et se met à fréquenter les Arts déco de Stockholm (où il s’ennuie…), puis les Beaux-arts de Copenhague et de Chicago. Finalement, il aboutit à Montparnasse ; où il étudie avec attention les maîtres de l'avant-garde (notamment Matisse et Picasso), fréquente les grands noms de l’époque (Alechinsky, Appel, Corneille, Dubuffet…) et s’autorise à sortir des sentiers battus. D’abord exposée dans les salons ainsi que dans les galeries Breteau (70, rue Bonaparte) et Rive Gauche (1966, 44 rue de Fleurus), sa peinture ne rencontre qu’un succès mitigé. La notoriété n’arrive que grâce à l’achat massif d’œuvres d’une galerie londonienne et à la présentation à la galerie Ariel (140, bd Haussmann – 8ème arr.).

 Exerçant un art à la fois spontané, tourmenté et généreux, le géant suédois ouvre des portes vers un ailleurs. Tel un shaman - il est depuis son enfance séduit par les peuplades primitives, les lapons, les mythes… - il va droit à l’essentiel et imagine des scènes à la limite du conscient et de l’inconscient. Sa pratique, aux résultats souvent violents, nécessite un fort contrôle sur le médium [avec son fidèle assistant, il fabrique une peinture sans sécatif et rajoute, à la fin, une poudre pour donner un aspect granuleux].

Pour ses lithographies, Bengt se fie principalement à Franck Bordas, directeur d'un très célèbre atelier place de la Bastille. Nota : depuis 1978, ce lithographe a déjà travaillé avec Jean Messagier, Roberto Matta, Hervé Télémaque, Zao Wou-Ki, Joan Mitchell... Actuellement, il réalise des travaux pour Liam Gillick, Gérard Garouste, Bruno Serralongue, Mark di Suvero, Pierre Buraglio,Georges Rousse, Paul Cox, Valérie Belin...


Commenter cet article