Publié par Paddythèque


Pour la première fois, l’école nationale supérieure des Arts décoratifs participe à Nuit Blanche initiée par la ville de Paris. Le 3 octobre 2009, l’Ensad proposera « Images de nuit », un univers festif, tout droit sorti de l’imaginaire des 8 jeunes vidéastes ayant répondu à l’invitation d’Henri Foucault, artiste et enseignant à l’École.


« Images de nuit, titre emblématique d’un moment privilégié où peuvent se mêler les visions les plus fortes avec les émotions les plus étranges. Pour répondre à cette invitation à l’étonnement, j’ai proposé à Anri Sala, Ariane Michel, Fabien Giraud & Raphaël Siboni, Anna Katharina Scheidegger, Jonas & François, Charlotte Charbonnel, artistes reconnus sur la scène nationale et internationale, toutes et tous diplômés de l‘École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, de participer à la Nuit Blanche. Âgés de 25 à 35 ans, ils privilégient chacun essentiellement la vidéo dans leur travail. La plupart d’entre eux proposent, pour cette manifestation, des œuvres originales. La diversité de leurs travaux et leur mise en scène témoignent d’une énergie, d’une intensité et d’un rythme originaux et les voir dialoguer, amplifie et affirme leurs singularités. » (Henri Foucault)


Un parcours conçu en 3 temps :

  • L’installation Le Camp d’Ariane Michel propose au visiteur de s'installer dans une réalité irréelle, aux confins du rêve et du cauchemar: au milieu d'une nature plate, un campement sans âge. L'air est tapissé de moustiques. Le visage caparaçonné derrière des filets verts, les humains travaillent à leur survie mais tentent d'autres activités : un indien débite de la viande fraîche, des types manipulent des ossements, il y a des enfants, un feu, un chien. Toujours les moustiques sont là, veilleurs avides, en multitude.
  • En réponse, Now, I see d’Anri Sala montre un groupe de musiciens jouant sur scène. Un petit chien fait de ballons en plastique semble flotter ou dériver sur le devant de la scène en fonction des sons amplifiés par les enceintes. Soudain, des sonorités sourdes se substituent à la musique rock pendant que les chanteurs s’agitent plus que jamais.

  • Dans Single speed floating action II d’Anna Katharina Scheidegger, de jeunes traceurs à Roubaix utilisent les coulisses urbaines pour s’entraîner au Parcours. Avec leur propre corps comme unique moyen, les adolescents dominent les espaces. Ils surmontent le poids du passé en le transcendant en un espace de liberté.
  • Cette pièce dialoguera avec Sans titre (La Vallée Von Uexkull) de Fabien Giraud & Raphaël Siboni. La pratique de ce duo se veut volontairement hétérogène, sans limitation de médiums ni de formats, convoquant sur un même plan ingénierie robotique et artisanale. Leur travail commun débute par un questionnement quasi anthropologique appliqué à divers groupes et pratiques communautaires.

  • Dans le film de Lynch, Eraserhead, on voit le personnage Mary X se mettre à genoux et s'accrocher aux barreaux du lit, elle regarde Henry (dans le lit) et s'agite comme dans un acte sexuel larmoyant. En fait elle tirait simplement une valise coincée sous le lit. En gardant la même esthétique léchée, noir et blanc, des clips hip hop, l'idée de Jonas & François est de mettre en place pour Deluxe, 5 scènes sur fond noir. Par le jeu des cadres et du montage, ils laissent penser pendant un moment qu'il s'agit d'un acte sexuel entre deux ou plusieurs personnes. Les cinq scènes se terminent toujours par un plan de résolution. Personne n'est nu, les gens sont habillés et le stylisme est différent à chaque fois, l'image est très esthétisante.
  • L'œuvre conduira finalement vers 48°34’ à 18° de Charlotte Charbonnel. Diplômée avec les félicitations du jury en juin 2008, l'artiste définit ses recherches plastiques comme une œuvre en devenir par son processus et son évolution. Avec ce concept d’ « œuvre laboratoire », l’observation des phénomènes naturels et le défi de capturer un paysage sont le point de départ de ses expérimentations. L'artiste pousse la matière à former sa propre illusion par le biais d'installations et de sculptures sonores.

> En savoir plus sur la Nuit Blanche 2009



Commenter cet article