Publié par Jean-david Boussemaer

A travers ses « Expositions temporaires : ZPC », une série de vingt-et-une propositions monographiques réparties en trois volets, le Mac/Val d’Ivry-sur-Seine aborde l’articulation entre art et économie. La volonté n’est nullement de mettre en avant des propositions d’artistes-entrepreneurs (singeant des schèmes connus…), mais plutôt de souligner certains aspects économiques tels que les flux, l’échange, la production, les stocks… inhérents à la carrière d'artiste.


Frank Lamy, commissaire de l’événement, précise qu’il ne s’agit pas d’une « exposition collective » (même si cela y ressemble fortement), mais d’ « un ensemble de blocs réunis dans un espace global ». De manière autonome, chaque artiste a réfléchi à l’organisation d’une parcelle d’environ deux cents mètres carrés sans connaître les intentions de ses voisins. De même, aucune cohérence thématique n’a été envisagée entre les trois grands chapitres ; les rapprochements ont plutôt été opérés d’un simple point de vue formel.

Le premier volet présente, du 13 octobre 2006 au 17 janvier 2007, six projets d’artistes d’origines et de générations très différentes : Prendre l'air de Daniel CHUST PETER, Structures odyséeenes de Nicolas FLOC'H, Deus ex machina de Sheena MACRAE, Gallery Hours de Jonathan MONK, Sliding Idol de François PAIRE et la Collection de définitions/méthodes et reciproquement, d/m 140 prêter la collection de Claude RUTAULT.

Cette manifestation succède à l'exposition de Claude LEVEQUE « Le Grand Sommeil » (du 19 mai au 10 septembre 2006).


Commenter cet article