Publié par Jean-david Boussemaer

Avec malice, François Paire s’interroge habituellement sur la place de l’image publicitaire au sein de notre société de consommation et accentue les « erreurs de raisonnement » trop souvent commises par les professionnels de la communication.

 

Dans ses deux installations présentées au Mac/val (du 13 octobre 2006 au 17 janvier 2007), il décline l’un de ses motifs de prédilection - les logos d’étiquettes de fruits – et propose des « points de non-vue ».

Sur une porte piétonne coulissante (telle qu’on les trouve à l’entrée des grands magasins), François Paire reprend l'un de ces logos et nous fait entrevoir un dispositif fort paradoxal : dès lors qu’on s’approche de l'issue, les vantaux s’écartent et le motif publicitaire disparaît.

Composé de panneaux publicitaires, de caissons lumineux et de peintures murales (le tout agrémenté d’un arbre typique de salles d’attente…), Sliding Idol nous laisse, quant à lui, percevoir les risques d’incompréhension encourus dès lors qu’un motif est trop souvent répété. L’information se parasite par elle-même et disparaît irrémédiablement dans le flux des messages commerciaux qui nous entoure…


Commenter cet article