Publié par Jean-david Boussemaer

La dixième  édition de Paris Photo – qui réunissait, au Carrousel du Louvre, 88 galeries et 18 éditeurs - a attiré 40'800 visiteurs, dont 40% d’étrangers en provenance de 49 pays.

 

La course ascendante de Paris Photo s’est manifestée par la qualité des accrochages, de nombreux moments forts (séances de signatures de livres de Martin Parr, Massimo Vitali, Erliott Erwitt, Anders Petersen, Karl Lagerfeld…), des  conférences (notamment l’hommage émouvant rendu au marchand et collectionneur américain Harry H. Lunn Jr qui joua un rôle décisif dans la création de Paris Photo) et la remise du Prix BMW–Paris Photo 2006 à l’artiste lauréat Mathieu Bernard-Reymond (représenté par la galerie Baudoin Lebon).

 Autre grand succès de l’édition 2006, la révélation de la scène nordique contemporaine, plus habituée aux cimaises berlinoises ou new-yorkaises que parisiennes. Au fil du Statement, de l’Exposition Centrale, de la Project Room et du Secteur Général, Paris Photo a propulsé sur le marché international le meilleur d’une scène singulière et nombre de talents à la notoriété encore confidentielle comme les artistes Danois Trine Sondergaard et Nicolas Howalt, Astrid Kruse Jensen, les Finlandaises Heli Rekula ou Ulla Jokisalo, les Suédoises Annèe Olofsson ou Charlotte Gyllenhammar, les Norvégiennes Eline Mugaas ou Mettee Tronvoll et les Islandais Hrafnkell Sigurdsson et Ruri.

 En terme de transactions globales, la plupart des exposants se disent satisfaits de leurs ventes. D’après une enquête menée auprès d’une trentaine d’exposants, le chiffre d’affaires moyen déclaré par galerie est passé de 75 000 euros en 2005 à 105 000 euros en 2006 (soit une augmentation de 27% du chiffre d’affaires par rapport à l’édition précédente)

 Pour le contemporain à proprement parler, les ventes furent nombreuses, certaines galeries ayant vendu la totalité de leur stand comme la finlandaise Taik (15 grands formats d’Ola kolehmainen à 9'500 euros) ou la Danoise Martin Asbaek Projects (dont le grand tryptique du duo Trine Sondergaard et Nicolas Howalt parti à 20'000 euros). La galerie Bonni Benrubi de New York a vendu 50 oeuvres dont un grand format de Massimo Vitali à 24'000 USD. Chez M Bochum (Bochum), un Thomas Florschetz est parti à 60'000 euros, tandis que chez Fucares (Madrid) un grand format de Candida Höfer a été négocié à 40'000 euros.

Les galeries d’art contemporain parisiennes comme Anne de Villepoix ou Alain Le Gaillard ont enregistré également pour leur première participation de belles performances.

Plus de 300 collectionneurs et institutionnels américains étaient présents à Paris Photo, entrainés dans le sillage des groupes d’amis de musées, mais également drainés par l’exceptionnelle couverture médiatique des titres les plus influents de la presse anglo-saxonne.

L’envolée internationale de Paris Photo se concrétise par la reprise du salon Photo-London, dont la quatrième édition se déroulera dans un nouveau lieu, le Old Billingsgate (situé prés de la City), du 31 mai au 3 juin 2007, avec une soixantaine de galeries et éditeurs internationaux.


La prochaine édition de Paris Photo se tiendra au Carrousel du Louvre du 15 au 18 novembre 2007 et accueillera l’Italie comme invitée d’honneur.


Commenter cet article