Publié par Jean-david Boussemaer


- Agence LEG : Expo « Blossom 2 » (19h-)
? : Photos de Laurent BOCHET, Musique du PROFESSEUR INLASSABLE et mobilier Dutch dseign 50's, 60's.
Cf. site de Blossom.
Dates expo : du 20 au 21 janvier 2007 (de 13h à 20h)
36, boulevard de Sébastopol - 75004 Paris

-
Ars Longa : Rencontre avec Eduardo KAC (19h)
? : En présence d'Annick BUREAUD, médiatrice
67, avenue Parmentier - 75011 Paris - site

-
Cosmic Galerie : Expo de Cyprien GAILLARD « Desniansky Raion » (18h-21h)
? : Entre vandalisme et esthétique minimale, romantisme et Land Art, le travail de Cyprien GAILLARD interroge la trace de l'homme dans la nature. Desniansky Raion (2007, 30'), la vidéo qu'il présente pour sa première exposition à Cosmic Galerie, balance ainsi constamment entre ordre et chaos.
> + 20h : Performance de LANDSC APES (
Cyprien GAILLARD + KOUDLAM)
Dates expo : du 20 janvier au 3 mars 2007
7/9, rue de l'Equerre - 75019 Paris - site - fiche


- Ecole du Louvre (Amphi Rohan) : Conférence « Pourquoi l’architecture du musée du quai Branly est-elle si différente de celle du musée national d’art moderne au Centre » (18h30-19h30 - entrée libre)
? :
La Ville de Paris est-elle une « capitale de l’architecture » ? Si l’on considère son patrimoine, la réponse est évidente. Mais qu’en est-il de la production contemporaine ? Aujourd’hui, quels sont les enjeux de l’architecture ? Y-a-t-il une place pour des oeuvres originales ? Existe t-il des perspectives de développement pour une ville dont l’emprise territoriale est déterminée depuis longtemps ? Comment intervient-on dans des quartiers anciens ou sur des bâtiments patrimoniaux ? Bien d’autres questions encore, auxquelles répondront des architectes, des chercheurs, des historiens. Ceux-ci présenteront des réalisations et des projets représentatifs des grandes orientations de l’architecture contemporaine.
Ils s’intéresseront aussi aux questions urbaines, replaçant Paris dans une dimension régionale ou dans des problématiques plus techniques et environnementales. Du monument au simple immeuble d’habitation, il s’agira de se confronter avec les processus de création et d’appréhender les contraintes du projet. Plus d'infos sur le site de ce cycle de conférences

99, rue de Rivoli - 75001 Paris (entrée par le Carrousel du Louvre)


- ENSBA : Rencontre avec Marc-Olivier WAHLER (14h30)
? :
Cf.
l'interview de Marc-Olivier WAHLER sur Fluctuat.net
14, rue Bonaparte - 75006 Paris -
site - fiche


- Galerie Templon : Expo de Jan FABRE « Les messagers de la mort décapités »
? : Le plasticien, auteur et homme de théâtre flamand Jan Fabre revient en France avec une exposition spectaculaire de ses dernières sculptures, trois ans après son exposition à la Galerie Templon Sanguis/Mantis (2003). Pluridisciplinaire, polymorphe, l'artiste Jan Fabre est à 48 ans aussi connu pour son travail de metteur en scène de théâtre et de danse que pour son œuvre plastique, qui comprend à la fois sculptures, installations, films, modèles de pensée et dessins.
Pendant l’été 2006, la Ville d’Anvers a organisé le projet HOMO FABER (cinq expositions simultanées), développé en dialogue avec la collection d’art ancien du Musée Royal des Beaux-Arts d'Anvers. Ce sont quelques-unes de ses dernières sculptures qui seront exposées pour la première fois en France à la galerie Templon. Cette nouvelle série d’œuvres se place à la frontière de l’installation et du spectacle. Fantastiques et dérangeantes, elles mêlent dans une mise en scène dramatique, animaux empaillés, formes humaines et autres matériaux insolites. On y retrouve les thèmes chers à l’artiste : la métamorphose, la mort, le rêve, les relations complexes entre le monde humain et animal.
Toute l’œuvre de Jan Fabre est pénétrée de la cohérence de l'organisme et du corps. L’œuvre n'est pas seulement spirituelle, mais aussi très corporelle. De cette façon, elle constitue une réflexion au sujet du corps de l'homme et de la nature, au sujet du règne végétal et du règne animal. Dans ce panégyrique des sens, le triomphe de la vie sur la mort est au cœur des choses. Désormais, les références aux maîtres flamands et à la peinture classique se font plus palpables. Dans l’installation « Les messagers de la mort décapités » - une succession de hiboux empaillés, aux yeux humains fixes - on retrouve la symbolique du hibou qui dans la tradition flamande est à la fois porteur de sagesse et de folie et qui hante les œuvres de Bosch ou Bruegel.

Dates expo : du 19 janvier au 24 février 2007
30, rue Beaubourg - 75003 Paris - site - fiche

-
Le Plateau : Expo d'Arnaud MAGUET dans l'espace expérimental (18h-21h)
> +
19h30 : Concert de BEAUTY & THE BEAT
(4 €)
? : Réservation indispensable au : 01 53 19 84 10
Angle de la rue des Alouettes et de la rue Carducci - 75019 Paris - site
- fiche

Commenter cet article