Publié par Jean-david Boussemaer


Suivant l'arrêté préfectoral du 27 décembre 2006, les services de Police ont notifié une fermeture immédiate du lavoir moderne parisien et de l'olympic-café le 30 décembre 2006 à 22H15, suite à l'organisation du festival à la Goutte d'Or intitulé : Nous sommes tous des Africains !

 

La sénatrice, Nicole Borvo, à déposé une question écrite au gouvernement concernant la menace de fermeture du lavoir moderne parisien :  

« Madame Nicole Borvo Cohen-Seat attire l'attention de Monsieur le Ministre de la Culture et de la Communication sur la situation du Lavoir Moderne Parisien et de l'Olympic Café à Paris, dans le 18e arrondissement. Ces deux structures sont menacées par la Préfecture de Police de fermeture administrative. Les motifs invoqués sont la vente de boissons alcoolisées et deux « tapages », l’un le 6 septembre à 21h35 et l’autre le 13 septembre à 21h39. Tous ces faits seraient intervenus durant le déroulement du festival « Nous sommes tous des Africains ». Il est à noter que ce festival a reçu 25 000 visiteurs pour cette 7éme édition et est soutenu par la Mairie de Paris, la Mairie du 18e arrondissement, la Délégation à la Politique de la Ville et le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il est également labellisé par! le Ministère des Affaires Etrangères au titre de la Francophonie et a fait l’objet de toutes les autorisations nécessaires.

Les raisons invoquées pour fermer ces établissements sont des plus surprenantes car ils disposent d’une licence restaurant autorisant la vente de boissons. De plus aucune plainte pour « tapage » n’a été déposée.

De fait, les deux seules salles culturelles d'initiative privée du quartier de la Goutte-d'Or sont aujourd'hui menacées de disparition alors qu’ils accueillent 100 000 visiteurs par an avec un budget de 480 000 euros dont 120 000 de subventions en 2006. Après 20 ans d’existence, l’association emploie 17 salariés.

Ces lieux, qui s'inscrivent dans une démarche de recherche de l'excellence artistique et de responsabilité sociale, s'avèrent essentiels dans un quartier populaire difficile. Ils sont d'autant plus indispensables que ce secteur connaît des investissements dans l'équipement public déficients depuis des décennies. Dans ce quartier, qui cumule divers problèmes, et notamment un important taux de chômage, ces lieux de culture contribuent à un développement urbain démocratique. De plus des activités socio-éducatives en direction des enfants du quartier y sont dispensées.

Ces menaces de fermeture interviennent alors que le ministère de la culture et de la communication s’est déclaré très attentif à toute initiative permettant de développer une présence culturelle au sein de quartiers encore sous-équipés en lieux de diffusion et de création notamment théâtrale et affirme en outre vouloir donner à la jeune création de nouveaux moyens d'expressions et de diffusion et accompagner les projets témoignant de l'énergie collective développée par des artistes non seulement désireux d'un travail d'équipe, mais aussi sensibles à la diffusion de l'art contemporain auprès du plus large public. Le ministère de la culture et de la communication a déclaré également vouloir accompagner ces actions qui permettent à la création de s'exprimer dans toute sa div! ersité mais aussi de renforcer les lieux culturels de proximité. Il a enfin affirmé sa volonté d’agir en faveur d’un renforcement des conditions d'un développement culturel de ce quartier de Paris.

Le ministère de la culture ne peut par conséquent rester indifférent aux menaces qui pèsent actuellement sur ces structures culturelles, car ces menaces sont en contradiction totale avec ses orientations proclamées. Elle lui demande comment il compte agir en faveur du maintien et du développement de ces structures. »


Paris, le 29 décembre 2006

Nicole Borvo Cohen-Seat,
Sénatrice et Conseillère Communiste de Paris
Présidente du Groupe Communiste Républicain et Citoyen au Sénat


Une assemblée de soutien aura lieu mercredi 20 janvier à 17h à l'Olympic Café.

Cf. le début de l'affaire (brève du 18 décembre 2006)

Commenter cet article

lili-oto 04/01/2007 16:53

Nous sommes avec vous. Lili-oto, artiste plasticien et Président des Apea (Artistes Plasticiens En Aquitaine)