Publié par Jean-david Boussemaer


>> Salon du  Dessin contemporain  (11-22h - 10 € / 5 €)
60bis, avenue d'Iéna - 75016 Paris


- Chéri(e) : Expo « Turbo Diesel » (18h)
? :
Quatre artistes ont quitté leurs clairières boisées où ils avaient l'habitude de se retrouver pour investir la  résidence-expo au café Chéri. Alexandre Richard, Arnauld Colcomb, Eric Richard et Quentin Fruchard vous proposent le résultat  de cette expérience dialogique : Turbo Diesel. Assi confortablement sur un chien décapité, vous pourrez observer et expérimenter la tentative de réincarnation d'une machine agricole en objet sexuel avec pour toile de fond un paysage lunaire acidulé. Bricolage, tuning, humour sont autant d'activités dont s'inspirent ces artistes pour représenter leurs fantasmes.
Dates expo : du 22 mars au 8 avril 2007

44, blvd de la Villette - 75019 Paris

- Confluences : Conférence « A la recherche de D.R. » (19h)
? :
On publie, chaque jour, des photos signées des initiales D .R.. Quel est ce mystérieux photographe très productif qui se cache derrière ? Habite-t-il Gstaad en Suisse ? On a entendu un éditeur demander à ses iconographes de cesser de privilégier ce photographe qui doit être multimillionnaire !
Lors de cette soirée sera lancé un appel à tous les photographes pour s’impliquer dans l’identification de D.R. qui les concerne et les affecte particulièrement. Une rémunération des œuvres orphelines pourrait diminuer cette pratique et permettre d’affecter des fonds à la formation des photographes ou à la création photographique.

Invités & intervenants : Wilfrid Estève (photographe et président de l'ANJRPC), Lorenzo Virgili (photographe et vice président de l'ANJRPC), Jorge Alvarez (UPC), Agnès Defaux (SAIF), Mariette Molina (SNAPIG), Armelle Canitrot (Journaliste et Responsable serviec photo La Croix)
+ intervention vidéo d'Olivier Brillanceau (directeur SAIF)

190, boulevard de Charonne - 75020 Paris - site


-
Fondation d'entreprise Ricard : Rendez-vous de l'imaginaire « Brésilianisation du monde ? » (18h30)
? :
Ce rendez-vous de l’imaginaire réunira autour de Michel Maffesoli, Giuliano da Empoli, directeur de la revue Zéro, Stéphane Hugon, chercheur au Ceaq et Andrei Netto, journaliste brésilien, sur le thème : Brésilianisation du monde ?
9, rue Royale - 75008 Paris - site - fiche

- Galerie Louis Carré & Cie : Expo de Jean-Jacques LEBEL « Très Low Tech... »
? : Cinquante dessins réalisés entre 2004 et 2007. Pour s'affranchir de six années vouées à la haute-technologie informatique durant lesquelle il a conçu et produit le film intitulé Les Avatars de vénus, l'artiste a repris ses habitudes de dessinateur invétéré. De l'encre noire, une plume, du papier, tout le contraire de l'informatique d'où le titre...
Dates expo : du 22 mars au 28 avril 2007
10, avenue de Messine - 75008 Paris -
site - fiche

- Galerie Charlotte Norberg : Expo d'Ivlita MOUDJIRI « Mascarade » (18h-21h)
Dates expo : du 22 mars au 21 avril 2007
30, rue de Seine - 75006 Paris - site - fiche

 

Ivlita Moudjiri Mascarade

Ivlita Moudjiri, Mascarade. Huile sur toile. 73 x 100 cm
Courtesy galerie
Charlotte Norberg, Paris


-
Palais de Tokyo : Expos de Daniel DEWAR & Grégory GICQUEL et David NOONAN (20h-minuit)
? : David NOONAN multiplie les glissements et accidents de la mémoire à la frontière du folklorique et du mystérieux alors que le duo Daniel DEWAR & Grégory GICQUEL recomposent les codes de la sculpture contemporaine en croisant l’artisanal et l’industriel, l’artistique et le design, le pop et le conceptuel.
> Tandem de sculpteurs,
Daniel DEWAR & Grégory GICQUEL cultivent l'art du télescopage allié à une conception à la fois populaire et hybride de l'œuvre d'art. Depuis la présentation de leur scierie portative Echo PPK, et des différents objets « fait main » - chaussures Nike, cadre de vélo BMX - le travail des deux artistes s'est progressivement déplacé vers d'autres territoires, d'autres univers formels tout en restant attaché à la pratique de la sculpture et à la production des « ready-hand-made ». Comment concevoir une oeuvre à la fois artisanale et industrielle, artistique et design, pop et conceptuelle ? Ce sont toutes ces questions que le duo français semble vouloir se poser n'hésitant pas à multiplier les références au monde des loisirs populaires comme la pêche, le surf, le tuning et le skate. La culture japonaise du 19ème siècle semble également source d'inspiration dans leur démarche à l'image de certains titres de leurs oeuvres sous forme de courts poèmes/haïku: La couleur vert détachée de la montagne suit le mouvement de la truite prise (Sekite Hara), titre d'une de leur sculpture-totem improbable associant bois et laine. Ainsi, à travers un univers à la fois ludique, conceptuel, narratif et proche de la science-fiction, DEWAR & GICQUEL parviennent à créer des histoires entre un éléphant et une geisha, une voiture et un piercing ou encore un collier de perles et des casques de moto, bouleversant par ce biais là les codes de la sculpture contemporaine.
Pour leur première exposition personnelle dans une institution parisienne, les deux artistes, proposent un ensemble de sculptures inédites, fidèles à leur univers protéiforme et radical. Un véhicule « préhistorique » sculpté et taillé en granit, un Shimenawa, corde sacrée utilisée au Japon, monumental tressé en fil synthétique, une série d'Ocarinas, petits instruments de musique, en bois peint et ciment et enfin un tapis en laine aux motifs trans-péruviens composent cet ensemble insolite de sculptures à l'échelle 1.


Daniel DEWAR & Grégory GICQUEL

Driving in the abyss behind a 2 big tits lorry truck truck mental ray, 2006 /  Coll. privée, Paris
Courtesy Ecole Municipale des Beaux Arts / Gal. E. Manet, Gennevilliers et gal. Loevenbruck, Paris, photo : Laurent Lecat.


> Artiste d’origine australienne basé à Londres, David
NOONAN produit des œuvres mêlant film, peinture, sérigraphie, photographie, sculpture, installation et collage. Hiboux, ombres chinoises, marionnettes indonésiennes, cultes et contre-cultures inquiétants et démantibulés, nourrissent un univers qui s’inspire de mythologies folkloriques ainsi que d’un monde au caractère plus sinistre. Ses images ressemblent à des silhouettes, visibles seulement en partie, comme suspendues hors d’un temps, d’un lieu ou même d’une couleur précise. L’ambiance est souvent sombre mais s’y révèle une sensibilité délicate et poétique qui utilise glissements et accidents de la mémoire : comment nous souvenons-nous de ce que nous comprenons seulement à moitié ?
Pour sa première exposition en France, David
NOONAN présente une série inédite de sérigraphies et de collages ainsi qu’une sélection d’œuvres récentes. Le travail réalisé pour cette exposition s’articule autour de la représentation de communautés, de regroupements insolites et autres jeux de rôles et de masques dont les sources restent anonymes. Ses œuvres, proches d’une esthétique des années 1970, sont cependant trop floues, trop peu narratives et trop ambiguës pour prendre une quelconque dimension nostalgique ou historique. En superposant des images trouvées, David NOONAN utilise un langage visuel qui mêle récit et abstraction, transformant ses personnages en motifs et vice-versa.
Pour le Palais de Tokyo, l'artiste a conçu un dispositif spécifique, fusionnant espace, sculpture et surface. L’agencement de panneaux en bois recouverts de tissu crée un système de fragments muraux qui renvoie à une architecture de ruptures, de déjà-vus et de silhouettes. Cette exposition ajoute ainsi une nouvelle dimension à la pratique de l’artiste et lui permet d'expérimenter avec complexité le jeu entre les surfaces, les images et les différentes manière dont elles occupent un lieu.
Dates expo : du 22 mars au 6 mai 2007

13, avenue du Président Wilson - 75016 Paris - site - fiche

Commenter cet article