Publié par Jean-david Boussemaer


> 52ème édition du Salon de Montrouge (gratuit, 10h-19h)


Nuit des musées

Parmi les lieux qui proposent gratuitement des animations en lien avec l'art contemporain (programme complet) :

- Mac/Val (midi-23h) : 
> midi- : vernissage des expositions "Entreprises singulières", volet #3 du cycle d'expositions ZPC.

> 18h30 : "I ONE I X HE/DIE" Herme(neu!)tic Rock ( feat. Elodie Lesourd )®
> 19h : cocktail + Le baiser de l'artiste de Raphaël Boccanfuso et Untitled barbecue de Nicolas Floc'h
> 20h : Tirage au sort de la Tombola Petitland®
> 21h :  "Songs" par Sandy Amerio et Jean-Marc Montera
> 21h30 : The Groovers ( feat. Arnaud Maguet )
> Toute la journée :  installations vidéo de François Paire et d'Alain Bernardini.
Des navettes gratuites sont à votre disposition sur la place du Châtelet (face au théâtre du Châtelet).
Départs à 16h30 et 18h et retour du MAC/VAL à 19h30, 21h30 et 22h30.
Réservation au 01 43 91 64 33 ou contact@macval.fr

Place de la Libération - 94404 Vitry-sur-Seine - site

-
Musée d'Art moderne de la ville de Paris (18h-minuit) : Programmatioin vidéo + parcours musical
>
Dream House : Projeté dans la salle de La Fée Electricité de Raoul Dufy, Dream House de Šejla Kamerić est un film sans fin composé comme un rêve, fait de transformations tour à tour inquiétantes et attirantes.
> Errances nocturnes : Autour de l’idée d’errance nocturne, un ensemble de vidéos disséminées sur trois étages mêle des prêts d’artistes à des œuvres tirées de la collection. Tantôt la nuit sert de révélateur, de prétexte à la « dérive » ou à l’introspection mi-autobigraphique, mi-fictive (Vibeke Tandberg, Julien Discrit), tantôt elle est simplement la condition d’existence du film, permettant les jeux de lumière, d’ombre et de couleur (Alix Delmas, Melik Ohanian, Anri Sala, Philippe Parreno).

> Nun 1234 de Nicolas Moulin, le visiteur est projeté dans le noir absolu, dans le ciel nocturne qu’habituellement nous nous contentons de contempler d’en bas.
> Promenade musicale : Conçue par le violoniste Jacques Saint-Yves, en partenariat avec le Conservatoire national de Région de Paris, cette programmation musicale est fondée sur un dialogue avec les œuvres exposées. Elle couvre un répertoire à la fois classique et contemporain, avec entre autre, « Le Quatuor à cordes » de Ravel. La soirée débute à 19h30 avec une pièce du compositeur vietnamien Tôn Thât Tiêt, « Les jardins d’autre monde » (1987). Tôn Thât Tiêt propose dans sa musique une synthèse entre culture occidentale et orientale. Il a également composé des musiques de films. (« L’odeur de la papaye verte », « Cyclo », « À la verticale de l’été »), ainsi que des partitions pour les ballets de Régine Chopinot (« Parole du jeu », « La Danse du temps »).
11, avenue Marceau - 75016 Paris -
fiche

- Musée Bourdelle (17h30-23h) : Atelier d'aquarelle dans l'eau avec SARKIS
? : Ensemble d'oeuvres inédites présentées par SARKI dans les espaces qu'il a choisi d'investir à l'occasion de son exposition au musée Bourdelle. Pour compléter cette rencontre, un atelier conçu par Sarkis lui-même permet de s'initier à la technique de l'aquarelle dans l'eau : instant privilégié dans laquelle l'oeuvre s'expose à son créateur. Ouvert à tous à partir de 7 ans. Samedi à 17h30, 18h ou 20h. Durée 2h avec réservation.
16/18, rue Antoine Bourdelle - 75015 Paris - site

- Musée Rodin (19h-1h - dans le parc) : Projection de The Messenger de l’artiste américain Bill VIOLA
? : The Messenger (1996) revisite le thème de la révélation et de la purification. Projetée au fond du parc, cette vidéo invite les visiteurs, plongés dans le noir, à vivre une expérience sensorielle très forte accentuée par le souffle de la bande-son.

+
« Histoires sans parole » (Carte blanche à Pascale Cassagnau, critique d’art, Inspecteur à la création artistique à la Délégation aux arts plastiques). Choix de vidéos d’Ariane Michel et de Thomas Salvador traitant de l’inscription du corps dans l’espace. Introduction : Pascale Cassagnau.
Ariane Michel (née en 1973 à Paris) exprime la solidarité entre l’environnement et l’univers des animaux. Elle filme des chevaux, un chien déambulant dans un paysage dévasté, des morses échoués hors du temps en Arctique. Rêve de cheval, 2004 (11’), Après les pluies, 2003 (8’) et Sur la terre, 2005 (13’).
Thomas Salvador (né en 1973 à Paris) se met lui-même en scène alors qu’il se livre à une série d’actions sans parole. L’apprentissage et l’attention aux gestes sont les motifs récurrents de son cinéma. Une rue dans sa longueur, 2000 (8’), Petits pas, 2003 (23’), De sortie, 2005 (15’).
Projection suivie d’une rencontre avec les artistes.

+ Parcours dans le cadre féerique du parc illuminé pour cette occasion à la lueur d’une lampe de poche. Les visiteurs pourront examiner les sculptures comme le préconisait l’artiste : « On fera bien de les examiner (les sculptures) dans la nuit à la lueur d’une lampe ou d’une bougie lentement projetée sur toutes les faces ; on verra surgir des muscles qu’on ne voyait pas, des modelés, qu’on ne soupçonnait pas, et enfin tous les détails qui, mis à leur place et dans leur expression de forme, reliés les uns aux autres, forment cette unité qui caractérise le beau. La sculpture est mouvante, elle se transforme sous les éclairages. Elle donne des impressions et des expressions différentes dans ces transformations ; mais elle doit, si elle est belle, toujours donner l’aspect de la vie. » Dujardin-Beaumetz, entretiens avec Rodin, 1913.
79, rue de Varenne - 75007 Paris - site

Commenter cet article