Publié par Jean-david Boussemaer


> 52ème édition du Salon de Montrouge (gratuit, 10h-19h)

-
Fondation Cartier : Concert de Pluramon featuring Julee Cruise (19h30 - tarif unique : 10 €)
? : Projet à géométrie variable fondé en 1996 par Marcus Schmickler, Pluramon cultive avec virtuosité le son indie-pop-noise de la toute fin des années 80 et du début des années 90. Si l’album Dreams Top Rock fait penser au groupe My Bloody Valentine, la couleur de Pluramon reste éminemment singulière, notamment par ses sonorités électroniques affirmées. Hypnotique, le son de Pluramon l’est en grande partie grâce à Julee Cruise, dont la voix envoûtante et aérienne nous est familière depuis ses nombreuses collaborations avec Angelo Badalamenti et David Lynch (elle est la chanteuse de Falling, thème de la série Twin Peaks devenu mythique).
Pour l’exposition de David Lynch, Pluramon se produira pour la première fois en France avec Julee Cruise.
261, bd Raspail - 75014 Paris - site - fiche


- Musée Rodin : Séances de projection

> « Corps et dérision » (11h)
Un programme qui associe humour et poésie, saupoudré d’un zeste de grinçant. Introduction : Sabine Cazenave
Rodney Graham (né en 1949 au Canada) tresse un dialogue entre littérature, cinéma et arts plastiques, revisitant le mythe du naufragé incarné par Robinson Crusoe.Vexation Island, 1997 (14’)
Jean-Baptiste Bruant (né en 1963 à Paris) construit avec Maria Spangaro des saynètes poétiques inspirées par un voyage au Japon. Sento / Luci Loci lanu, 2002 (6’) et Kayo / luci loci lanu, 2003 (3’30’’).
Pascal Lièvre (né en 1963 en Normandie) crée, sur le mode du clip, des vidéos dans lesquelles il s’approprie et détourne des fragments de culture populaire. Savoir aimer, 2004 (1’45’’).
Valérie Mrejen (né en 1969 à Paris), écrivain et plasticienne, explore la banalité du quotidien et l’aliénation ordinaire de la  femme des années 70. Manufrance, 2005 (4’55’’).
Projection suivie d’une rencontre avec Jean-Baptiste Bruant et Maria Spangaro.

> « Corps à l’œuvre » (14h)
Ce programme réunit des artistes pour qui le film ou la vidéo peuvent être à la fois le moyen de fixer une performance et de rendre compte d’une réflexion sur l’art ou la politique. Introduction : Sabine Cazenave.

Robert Huot (né en 1935 aux Etats-Unis) a longtemps travaillé dans la proximité des courants abstraits et minimalistes. Dans les années 60, il s’intéresse au cinéma expérimental et réalise des films en 16mm (ici transférés sur DVD) d’une simplicité radicale dans lesquels il développe un discours sur l’art ou se livre à divers jeux formels.
Black and White film, 1969 (12’30’’), Red Stocking, 1967-69 (3’) et Cross-cut, A blue movie, 1968-69 (1).
Nil Yalter (née en 1938 au Caire) traite par la performance de la question de l’exil et de la condition faite aux femmes. Interrogeant la fonction de l’érotisme, elle mêle parfois dans ses mises en scène la danse, la musique et le texte. La femme sans tête, 1974 (30’).
Projection suivie d’une rencontre avec Nil Yalter.

> « Corps à corps » (16h)
Programme consacré à deux artistes qui ont été très proches et dont les oeuvres, tout en relevant d’une esthétique minimaliste, examinent la place du corps et du sensible dans l’espace moderne.
Introduction :
Catherine Francblin, critique d’art, chargée des éditions au Centre national des arts plastiques / Fonds national d’art contemporain, Paris.
Absalon (né en 1964 en Israël, mort à Paris en 1993) a beaucoup réfléchi sur l’architecture contemporaine comme lieu de concentration de l’énergie. Sculpteur, il a réalisé plusieurs modèles de « cellules » représentant des unités d’habitation minimales, adaptées aux besoins d’un individu solitaire. Bataille, 1993 (6’) et Proposition d’habitation, 1990 (3’50’’)
Marie-Ange Guilleminot (née en 1960 à Saint-Germain-en-Laye) crée des objets destinés à être utilisés par elle ou par d’autres.
Elle a ainsi conçu un « chapeau-vie » qui se prête à de multiples transformations et avec lequel elle a réalisé diverses performances qui lui confèrent un aspect sculptural. Jouer du chapeau, 1995 (5’), La démonstration du chapeau-vie
dans la salle d’art précolombien, 1995 (8’) et La démonstration du chapeau-vie à Venise, 1995 (8’)
Projection suivie d’une rencontre avec Marie-Ange Guilleminot qui invite le public à une démonstration.
79, rue de Varenne - 75007 Paris - site

Commenter cet article