Publié par Paddythèque

Suite au succès de la première édition ayant mis en valeur l'œuvre de Jean-Michel Othoniel, l’association The Monaco Project for the Arts confie, cette année, « The Project » à Carsten Höller. Du 9 juillet au 30 août 2010, l'artiste présente « L’exposition amanite tue-mouche » à l'école superieure d'Arts plastiques de la ville de Monaco.

 

Carsten Höller (né en 1961 à Bruxelles) est connu pour appliquer des procédures d’expérimentation scientifique à ses créations artistiques. Au travers d'installations qui posent un regard froid sur la situation humaine, l'artiste allemand tente de réconcilier biologie, éthologie et humanisme.

 

Carsten-Holler-Monaco.png

 

A l'école superieure d'Arts plastiques de la Ville de Monaco, il expose six ensembles d’œuvres autour du thème de l’amanite tue-mouche. Ceux-ci sont exposés dans les jardins, le patio, les salles d’exposition et de cours de l’école :

  • un collage de trois reproductions de champignons géants, l’un d’entre eux étant une Amanite tue-mouche (Giant Triple Mushroom, 2010) ;
  • une vitrine avec 24 répliques originales de champignons, la moitié étant des amanites tue-mouches (Doppelpilzvitrine, 2010) ;
  • une valise avec le plâtre d’une amanite qui pourra être placée par terre et se déplacera en fonction de l’énergie solaire (Pilzkoffer, 2008),
  • une composition de 6 photographies représentant une femme tenant une amanite et un renne (« Soma Series », 2008);
  • une série de 12 photogravures d’amanites tue-mouches dans leur environnement naturel (« Mushroom Print », 2003) ;
  • et enfin une vidéo montrant l’artiste sous l’influence des composants psychoactifs de l’amanite tue-mouche (Muscimol, 1996).

L’artiste a également demandé aux étudiants de l’Ecole Supérieure d’Arts Plastiques de contribuer à cette exposition en intervenant avec leurs propres projets autour du thème de l’amanite tue-mouche, de son histoire, de ses effets ou de sa signification culturelle. Ainsi, dessin, peinture, photographie, impressions, films, sculptures, objets… envahissent et saturent l’espace, dialoguant ainsi avec l’œuvre de Carsten Höller.

 

Commenter cet article