Publié par Paddythèque

Jusqu'au 24 décembre 2009, la Maison des Arts Georges Pompidou (Cajarc) présente « Axioma », la première exposition personnelle en France de Kees de Goede.


Kees-de-Goede.jpgKees de Goede peint depuis de nombreuses années. Il est un artiste reconnu dans son pays la Hollande, mais reste encore peu connu à l’étranger et notamment en France, où il vit pourtant la moitié de l’année (dans le nord Aveyron).

Son œuvre lnterroge de manière permanente l’adéquation des supports au sens. Et, de manière récurrente, l'artiste cherche toujours à créer un espace en trois  dimensions : dans ses grands formats monochromes dessinés au charbon, où chaque élément semble pouvoir se détacher dans la succession des plans, dans ses toiles antérieures tendues avec des branches d’arbre créant ainsi des accidents volumétriques...


L'exposition à Cajarc 

Quatre travaux différents composent l’exposition au centre d’art contemporain Georges Pompidou : des peintures, des dessins, des photographies et des objets.

Les derniers tableaux oblongues, de taille variable relativement modeste, sont le pendant organique des journaux peints où le réel martèle son obsédante violence. Ici, le regardeur perçoit le geste dans la trace de la brosse, les coulures, les flux de l’huile, une fluidité toute empreinte de vision pure. Le regard est aspiré par un tourbillon de peinture, englouti dans les tissus macroscopiques que crée l’association des matières et des couleurs, rattrapé par les bords souvent cerclés du tableau. L’artiste invite à un voyage aux origines de la peinture : un pur espace mental où projeter son propre imaginaire sans qu’une image prévale sur une autre pour la simple raison qu’elles y sont toutes contenues.

La série des journaux peints « Astral Drawings » (1982-2009) est ici présentée dans son ensemble pour la première fois. Depuis plus de vingt ans, Kees de Goede collectionne des journaux, de partout où l’ont conduit ses déplacements. Que les pages choisies aient trait à des évènements de l’actualité locale ou internationale, des faits divers ou de grands moments historiques, l’artiste opère par recouvrements avec de grands aplats de couleurs, des graffitis, des dessins dont le but est d’appuyer le sens des images pour révéler des tensions. Kees de Goede propose la représentation d’une expérience fragmentée de la vie quotidienne. Ces pages sont en quelque sorte le journal de bord d’une vie au bord du monde : elles expriment une sensibilité et un regard aigus sur le monde et son actualité, mêlant ainsi la mémoire collective aux sensations de l’artiste pour nous livrer une oeuvre assez intime.

Dans un esprit similaire, les impressions numériques superposent aux pages de journaux choisies, des images de ciels nocturnes collectées sur les sites de la Nasa. Les pétillements d’étoiles fragmentent les images de fonds ou les subliment comme pour pointer l’impact médiatique et l’esthétique inquiétante de ces mêmes évènements, souvent dévastateurs.

L’installation Dilemna est un hommage particulier de Kees de Goede au Sud-Ouest. Composée de chandeliers en forme de pains dorés à la feuille d’or et de sculptures à boire (11 bouteilles de vin de tailles variables), cette installation réfère à la place particulièrement importante de ces denrées dans la convivialité et les échanges humains dans notre région, tout en sous-tendant une pensée critique vis à vis de l’oeuvre d’art comme objet de consommation.

Enfin, Paume est une installation conçue spécialement pour l’exposition. Architecturée suivant le tracé des lignes de la main de l’artiste, son premier outil, ce dédale de murs en parpaings, est à la fois labyrinthe, conduisant la circulation dans l’espace, et obstacle pour le regard. Il impose un point de vue singulier sur les peintures de la dernière salle. De forme oblongue, elles créent des images abstraites, comme des percées que l’artiste appelle espace mental.


Un catalogue sur l'exposition

Le catalogue comprend un grand nombre de visuels des oeuvres présentées dans l’exposition, un texte critique de Hans den Hartog Jager, critique d’art et écrivain et un entretien de l’artiste avec Martine Michard, directrice de la Maison des arts Georges Pompidou.

Une séance de signature avec l'artiste est organisée le samedi 19 décembre à 17h.


[Vue de l’exposition AXIOMA (dernière salle avec Paume, Peintures et Dilemma) © NBlaya]


Commenter cet article