Publié par Paddythèque

Du mardi 30 mars au dimanche 6 juin 2010, sous le titre collectif « Les Mutants », sont présentées, à l’Académie de France à Rome - Villa Medici, cinq expositions monographiques dont le commissariat est assuré par Éric de Chassey, directeur de l’Académie de France à Rome.

 

Stephen DeanLes cinq artistes qui sont rassemblés à l’Académie de France à Rome – Villa Médici sont des mutants : leurs oeuvres incarnent un monde dont nous ne savons pas encore grand-chose, sinon que la stabilité des identités ne saurait plus y être définitive.

Le travail de Adel Abdessemed, Stephen Dean, Ellen Gallagher, Adrian Paci et Djamel Tatah pose la question des identités plurielles aujourd’hui, non seulement d’un point de vue sociologique mais aussi du fait des techniques hybrides qu’ils mettent en oeuvre.

Ils sont pleinement d’une époque où les identités individuelles des habitants du monde occidental se construisent par les migrations, les situations coloniales et postcoloniales. Ils sont plurinationaux, pluriethniques ou multiculturels - parfois tout cela à la fois - sans que ces pluralités s’annihilent dans une communauté idéalisée ni qu’elles gomment des histoires et des passés différenciés. Á la Villa Médicis, les cinq expositions qui constituent Les Mutants trouveront un lieu qui regarde significativement vers le futur, tout en préservant des liens avec la tradition ; un lieu situé au coeur d’une ville dont l’histoire a été marquée par les hybridations successives qui ont construit plusieurs civilisations.

 

Les artistes

Adel Abdessemed (né en 1971 à Constantine, Algérie, vit et travaille à Paris et à New York) : le travail de l'artiste passe par la vidéo, la photographie, la performance et l’installation de type sculptural. Il définit ses oeuvres comme des actes plutôt que comme des images : leur action est toujours directe, simple et rapide. 

Stephen Dean (né à Paris en 1968, pensionnaire en résidence à la Villa Médicis jusqu’en mars 2010) : le projet italien de l’artiste consiste en la réalisation de vidéos intitulés « Fever » : formes errantes, pure couleur, sont le résultat de scènes vues à travers le filtre d’une caméra thermique qui radicalise l’abstraction. Les sculptures « Prayer Mills » réalisées avec des verres dichroïques perpétuent sa recherche sur la saturation de la couleur.

Ellen Gallagher (née en 1965 à Providence, USA, vit et travaille à Rotterdam et à New York) : l'artiste montre deux tableaux et une installation vidéo qui inclut son dernier film réalisé en collaboration avec Edgar Cleijne (né en 1963 à Eindhoven). Dans les projets récents présentés ici (Osedax, 2009, ou les grands tableaux à dominante bleue de 2008-2009) comme dans de nombreux projets antérieurs, la distinction entre réel et imaginaire n’a proprement plus de sens : il ne s’agit pas d’identifier, ni de s’identifier une fois pour toutes, mais de se laisser interroger.

Adrian Paci (né en 1969 à Shkoder, Albanie, vit et travaille à Milan) : les grands mythes et la peinture classique nourrissent l’œuvre d’Adrian Paci. Migration et identité, changements sociaux, politiques et culturels de la vie quotidienne sont les thèmes centraux de ce travail. Ce sont ses propres expériences d’exil et celles de ses proches qui définissent les contenus de ses vidéos, photographies ou installations.

Djamel Tatah (né en 1959 à Saint-Chamond, vit et travaille à Paris) : l'artiste montre des peintures de 2003-2009. Les tableaux de Djamel Tatah mettent en scène des figures grandeur nature situées de plain-pied dans des espaces géométriques plans et colorés. Les aspects les plus singuliers et anecdotiques des figures sont neutralisés par un dispositif technique de dématérialisation successive. La prise de vue photographique, la numérisation, la fragmentation, la recomposition, puis la projection sur la toile réduisent les figures à l'état de traces.

 

[Visuel : Stephen Dean, Fever, 2009. 6 vidéos miniatures / 6 miniature videos / 6 video miniature. 5 x 7 cm (chaque, each, cad.). Courtoisie Magazzino, Rome]

 


Commenter cet article