Publié par Paddythèque

Mathieu-Kleyebe-Abonnenc---Prix-Meurice-pour-l-art-contempo.jpgLa quatrième édition du Prix Meurice pour l'art contemporain a récompensé, parmi les cinquante propositions reçues, Mathieu Kleyebe Abonnenc, représenté par la Galerie Marcelle Alix.

 

Fidèle à son héritage et ancré dans l'art de son temps, le premier des palaces à Paris (1835) a récompensé pour la quatrième année consécutive un artiste émergeant de la scène française pour l'aider à se faire connaître à l'étranger. Ce Prix, doté de 20'000 euros, a été décerné solidairement à Mathieu Kleyebe Abonnenc pour son projet A la recherche d'Awa et à la Galerie Marcelle Alix, le 10 octobre.

Mathieu Kleyebe Abonnenc est né en 1977 et vit à Paris. Influencé par la pensée de la créolisation, il développe son oeuvre autour des notions de mémoires collectives et individuelles. Depuis deux ans, il s'est investi dans une recherche prenant comme point de départ l'oeuvre cinématographique militante de Sarah Maldoror dans le contexte des mouvements de libération en Afrique lusophone.

Pour le Prix Meurice, son projet A la recherche d'Awa est un long-métrage qui reprend les scripts originaux d'un film perdu, intitulé Des fusils pour Banta, tourné en 1970 par la réalisatrice Sarah Maldoror en Guinée-Bissau. Le film revient sur les différents récits et idéaux d'une période mouvementée, qui correspond à la fin des luttes de libération en Afrique, à l'échec américain au Vietnam, et au durcissement de la Guerre Froide, tout en les confrontant aux terribles changements économiques et politiques survenus en Afrique au tournant du XXIe siècle.

A la recherche d'Awa est un remake prospectif, à quarante ans de distance, une manière de questionner tout autant le cinéma militant des années 60/70 que le Panafricanisme, pour en cerner le legs contemporain. Il sera présenté à la Fondation Serralves de Porto en mars 2012.

L'exposition des oeuvres des six finalistes de cette quatrième édition sera ouverte jusqu'au 23 octobre, et s'inscrit dans le parcours VIP de la FIAC.

La création du Prix Meurice pour l'art contemporain accompagne Le Meurice dans sa volonté de se tourner vers l'avenir, certainement parce que le luxe du Meurice exprime tout simplement la créativité.

 

[Visuel : Mathieu Kleyebe Abonnenc, A la recherche d'Awa. Galerie Marcelle Alix]

Commenter cet article