Publié par Paddythèque

Empreint de féerie orientale, l’Emirates Palace (véritable « palais » de marbre, de cristal, d’or et d’argent) a accueilli près de trois mille chefs-d’œuvre présentés par quarante-sept galeries internationales.

 

Officiellement inauguré le soir du 26 novembre par sa Majesté Sheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan (Prince héritier de l’émirat d’Abu Dhabi), en présence de trois mille cinq cents invités parmi lesquels des représentants officiels du Qatar, Barhain, Koweit, ou encore d’Arabie Saoudite, le salon a été un point de convergence pour les galeries de seize  pays : France et Emirats Arabes Unis, mais aussi Liban, Royaume de Barhein, Syrie, Sultanat d’Oman, Iran, Tunisie,  Allemagne, Autriche, Belgique, Grande Bretagne, Italie, Pays-Bas, Suisse et Inde.

Au total, neuf mille deux cents visiteurs et collectionneurs ont salué de leur passage cette foire, qui a reçu le soutien actif des autorités culturelles (ADACH)  et touristiques (TDIC).

Le dialogue entre galeries, artistes et collectionneurs semble avoir bien fonctionné comme en témoigne le chiffre d’affaires de la foire, estimé à 15'867'000 dollars américains. Plusieurs collectionneurs orientaux ont profité de cette occasion pour développer leurs collections. Ainsi, par exemple, la Cheikha Salama (épouse du prince héritier sa Majesté Sheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan), accompagnée de ses filles, a acquis, plusieurs œuvres.

 

Quelques stands / transactions

  • La galerie libanaise Agial Art Gallery (Damas) a vendu plusieurs œuvres de Safwan Dahoul, Samia Halaby, Fadi Yazigi. Aziz Kurtha Gallery.

  • Trois galeries des Emirats Arabes Unis ont placé de brillants artistes sur le devant de la scène internationale : Fereydoun Ave, Rokny Haerizadeh ou encore Jeffar Khaldi pour B21 Art Gallery, Dia Azzawi, Ismail Fattah ou Abdul Qadir Al Rais pour Green Art Gallery, Hassan Hajjaj, Farhad Moshiri et Youssef Nabil pour The Third Line.

  • Représentant le Sultanat d’Oman, la galerie Bait Muzna a vendu le travail d’artistes régionaux, tels que Rasheed Abdulrahman, Radhika Khimji, Hassan Meer.

  • La galerie tunisienne El Marsa a présenté l’œuvre de Khaled Ben Slimane.

  • La Silk Road Gallery (Iran) a suscité un vif intérêt avec des clichés de la photographe Shadi Ghadirian qui témoignent de la condition féminine dans son pays.

  • La galerie Pundole (Bombay)  a vendu 75% des œuvres exposées (artistes : Maqbool Fida Husain, Sakti Burman, Ram Kumar...).

  • La galerie Franck Pages (Baden-Baden) a vendu une œuvre de  Shirin Neishat intitulée Rapture, ainsi  qu’un panneau de Farhad Moshiri.

  • Sur le stand de la galerie Ernst Hilger venue de Vienne, les toiles de Nikolaus Moser et un tableau d’Andy Warhol ont été vendus ; sur celui de la galerie Waterhouse & Dodd, une œuvre de Picasso et une autre de Damien Hirst ont trouvé acquéreurs… Quant à la galerie suisse Gmurzynska, elle a vendu aux autorités la sculpture monumentale « Art red and blue » de Robert Indiana.


Et les galeries françaises ?

Les galeries françaises ont également bénéficié de l’engouement des collectionneurs, pour l’art moderne et contemporain.

  • La galerie Claude Bernard a séduit les visiteurs en présentant deux artistes au travail radicalement différent : le sculpteur et orfèvre Goudji et le peintre syrien vivant à Paris Ziad Dalloul

  • La galerie Pierre Dumonteil, qui a vendu un  divan zoomorphique d’Hubert Le Gall ainsi qu’un « faucon » sur fond bleu du peintre Helmut Koller a intrigué le prince héritier avec un oeuf d’autruche capturé dans le bronze par Diego Giacometti.

  • Sur le stand de la galerie Trigano, alors que les photographies du désert, par Lucien Clergue, fascinaient les Emiratis, plusieurs acquisitions furent effectuées et notamment des œuvres de Matisse, Chagall et Picasso, dont une Tête de femme, grisaille de 1953.

  • Baudoin Lebon a vendu trois huiles sur toile de la série « peintures spatiales » du Coréen Shin Sung-Hy, ainsi qu’un tableau de Piotr Klemensiewicz.

  • A la galerie Protée, Georges Mathieu et Abdallah Benanteur ont reçu les suffrages des visiteurs. La galerie Daniel Templon a été largement plébiscitée avec son one-man show dédié à Vasarely (dont plusieurs tableaux, tels que Galaxie et Cassiopée, se sont envolés dès le soir du vernissage). Nathalie Gaillard, qui présentait le travail de Guy Ferrer, a vendu plusieurs toiles de l’artiste, dont celle intitulée Miracle. La galerie Rx, dont les photos de Georges Rousse attiraient bien des regards, a vendu, dès les premières heures du vernissage, un quadriptyque du coréen Lee Bae. Quant à Marion Meyer, elle a vendu notamment une installation de Rob Wynne et une œuvre de Jean Arp.

  • La galerie Laurent Strouk qui avait consacré son stand au Nouveau Réalisme et au Pop Art a notamment vendu à un collectionneur, une œuvre de Keith Haring. La galerie Loft, qui présentait plusieurs œuvres d’artistes asiatiques aux côtés d’artistes français tels que Hiquily et Ipousteguy a vendu « Coexist », un triptyque de cinq mètres de longueur de l’indonésien Agus Suwage.

  • Côté photographie, les galeristes ont également enregistré quelques succès, ainsi la galerie Eric Dupont a vendu rapidement un grand panneau de trois mètres « allégorie 1 » de la photographe suédoise Régina Virserius. Quant à Philippe Chaume, il a vendu une photographie de Frédéric Lebain sur le thème « Ferrari » à un passionné de formule 1, entrepreneur français  sur l’île de Saadiyat ainsi que plusieurs clichés de Floriane de Lassée. La galerie Paviot a également séduit plus d’un visiteur avec le « Magnolia » de Man Ray ou encore avec cette  vision du « glacier du tour, vallée de Chamonix  » de Jürgen Nefzger.


Une deuxième édition d’Artparis-Abudhabi est prévue en automne 2008.

 

Commenter cet article